MusiquePortrait

A la découverte de G2 Ba-Batu

Née le 15 Janvier 1975, à Yaoundé de son vrai nom EGOUME EGOUME Georges, ressortissant du MBAM et INOUBOU, Régions du Centre fleuré avec la musique, depuis sa tendre enfance. Grandi au quartier Mélen à Yaoundé, G2 Ba-Batu côtoie dans ce quartier, les noms célèbres de la musique Camerounaise à l’époque tels M. Fragile, et d’autres valeurs naissantes, cette proximité avec ces artistes accentue d’avantage son rêve de faire de la musique.
Dans les débuts 90, il  intègre la jeunesse nationale des artistes du Cameroun. Il va y passer 3 ans ; suffisant pour se former en poésie comédie et musique. G2 Ba-Batu poursuit son apprentissage en rejoignant cette fois-là, le Multan des grands arts du Cameroun ; pendant 02 ans il acquière d’autres expériences.
En 1993, G2 Ba-Batu fonde son 1er groupe de musique : dénommé « Guigoum de la capitale » le jeune pionnier du groupe « Guigoum… » Sort son tout premier album intitulé  « Mballa kous » produit par la société STABAC ; Ce qui lui donne droit à une tournée nationale.

G2 Ba-Batu reste alors régulièrement dans les foires, et surtout les campagnes de la prévention routière pendant cette étape de sa carrière musicale qu’il venait d’embrasser, il rencontre l’artiste « Black Roger ». Ce dernier n’hésite pas, à lui assurer un encadrement, à travers des conseils, et astuces, pour parfaire son style : c’est donc à juste titre que Black Roger est présenté comme son parrain. La fin de la décennie 90 va être un passage à vide pour l’artiste. Mais en 2000, il quitte Yaoundé et s’installe à Douala. Ce changement de ville se justifie par la volonté de l’artiste à approfondir ses connaissances en musique. En 2001, il met sur pied un groupe baptisé « les médiateurs »
En 2003, avec sa nouvelle formation musicale, il sort l’album « L’amour & l’argent » Après une brouille avec ses compagnons du groupe en 2005, il est à nouveau rappelé par son ancien groupe de Yaoundé, « Guigoum de la capitale ». C’est à ce moment qu’on lui attribue le surnom de « G2 », en référence au « Guigoum » et le groupe s’appelle dorénavant le « G2 international ». La collaboration va durer et en 2007 ; il réalise un autre album intitulé « explosion » dans lequel le groupe bénéficie de la collaboration de la star Lady ponce et Richard Soumbou dans un featuring. Après tant d’expérience accumulée, il propose les fruits de ses longues années de métiers : « Wolo-Wolo » sorti en 2013
Cet album solo de G2 Ba-Batu porte 9 titres Wolo-Wolo est un style, voir une philosophie musicale qui prône le Cameroun musical en miniature dans sa diversité culturelle et artistique vendable à l’extérieur ça, c’est le « Wolo-Wolo » l’album qui porte ce même nom riche et varié en d’autres rythmes et messages. Nous aurons entre autre le Zouk, le Mballa, le Makossa et le Slow.
Dans son quatrième titre intitulé NTCHANA, il se veut être l’ambassadeur de la lutte contre la faim en Afrique particulièrement et dans le monde en générale.
AWANDA, quant à lui parle de contraste dans les relations humaines et qui prône l’amitié franche et sincère tout en combattant l’hypocrisie. En novembre 2016, il sort un maxi single de deux titres intitulé Yamo.
Yamo, Cette chanson parle entre autre des tentations qu’il y a lorsqu’on est engagé dans un mariage, et aussi des avantages lié à un travail.
Sexy Woman, quant à lui parle des mœurs développées par le mode vestimentaire de la jeune femme actuelle (Comportements & Tenues déviantes).

En 2018 sort un Album intitulé Je suis le Cameroun dans lequel on retrouve certains titres…

« JE SUIS LE CAMEROUN » est un album musical comprenant six titres qui présente en générale les multiples problèmes et comportements dans notre société. (La division des hommes et des tribus, l’amour et la paix, le respect de la patrie).

Un album prescrit des rythmes pressentant l’aire musicale et patrimoniale des dix régions du Cameroun.

Les différents titres de l’Album à savoir

  • Je suis le Cameroun,
  • Yamo
  • Nyanga
  • Dérangé
  • Ntchana
  • Sexy woman

L’ensemble dans un CD Rom avec pour titre phare, la chanson « Je suis le Cameroun » fait Face à tous ces différents fléaux qui minent la société à savoir la sécession et autres… Cette chanson apporte ici une sensibilisation et un appel au bon sens et à la citoyenneté de tous les Camerounais ainsi qu’au changement des mentalités de tous du Nord au sud, de l’est à l’Ouest dans l’espoir de retrouvés les Camerounais unis autour une et une seul Patrie.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...