Comédie & HumourSpectacle vivantThéatre

La dernière interview par la Compagnie Abc, mercredi 31 octobre

Sur la scène, deux comédiens : Catherine Boskowitz, française et metteur en scène de la pièce, Dieudonné Niangouna, congolais. Ils reprennent le texte de l’interview que Jean Genet donna à Nigel Williams pour la BBC à Londres en 1985.

Lors de ce face à face, Jean Genet comme à son habitude, déroge à la règle en inversant les rôles : il devient l’interviewer en même temps que l’interviewé. En meneur de jeu, il écrit oralement sa propre interview, questionnant sans cesse la fonction de celui qui interroge et de celuiqui répond… Casser l’ordre, ne pas entrer dans la norme, rester irrécupérable, même par les causes qu’il aura défendues, comme la cause palestinienne ou celle de l’indépendance de l’Algérie : voilà ce qui ressort de cette interview. Sur le plateau de « La Dernière Interview » prend naissance un dialogue imaginaire entre deux auteurs : Jean Genet et Dieudonné Niangouna, entre performance théâtrale et installation visuelle et sonore.

Dieudonné Niangouna joue le rôle de Genet et répond aux questions de Catherine Boskowitz dans le rôle de Nigel Williams. Il ne se prive pas pour opérer de fréquents décrochages, commenter les réponses de Genet ou parler en son nom propre, dressant ainsi un portrait éclaté de Genet et

de lui-même, confrontés ici et maintenant, à la traversée du monde et du théâtre.

La compagnie Abc (Aubervilliers Bande Comédie) est créée en 1985 par Catherine Boskowitz au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. Elle fait un travail de création dans différentes cités de la banlieue parisienne et en Bourgogne, organise des ateliers d’écriture, de mise en scène, de jeu.

Aujourd’hui à Mantes-la-Jolie, la compagnie Abc monte des spectacles à partir de textes de Jean Genet, Ahmadou Kourouma, Armand Gatti.

Dieudonné Niangouna est comédien, auteur et metteur en scène et Directeur du festival international de théâtre Mantsina sur scène à Brazzaville. Né en 1976, il a grandi au rythme des guerres qui ont ébranlé son pays tout au long des années 90. Son théâtre naît et vit dans les rues, en dehors des théâtres détruits par la guerre, inventant un nouveau langage provocant, explosif et dévastant. En 2013, il sera le premier africain artiste associé du festival d’Avignon.

Tarifs

3000 fcfa (tout public)

2000 fcfa (abonnés)

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...