Clin d'oeilInsideStars & People

L’ange Tchengang au secours d’Anne Marie Nzie

C’est une icône de la musique camerounaise ; un symbole qui au gré de ses œuvres a su délicatement bercer des générations de mélomanes. Mama Anne Marie Nzie n’est plus que l’ombre d’elle-même, terrassée depuis plusieurs semaines par des maladies qui n’en finissent plus. Ce n’est que fortuitement que M. Raymond Tchengang, connu pour son grand cœur à l’endroit des artistes, s’enquière de l’état de santé de cette dernière. L’homme n’a pas hésité à se rendre à son chevet, lui témoigner son soutien indéfectible.

Hier Jeudi 14 Aout était alors un jour à marquer sur le signe de l’espoir, dans la demeure de mama Anne Marie Nzie, sis à la Cité Verte à Yaoundé. Depuis ses bobos de santé, l’artiste n’avait encore reçu aucune visite officielle ; une situation qui a tôt fait de la plonger dans une profonde tristesse : « Ça va faire un peu plus de deux mois que je suis malade ; comment se fait-il que je sois malade et que personne ne vienne même prendre de mes nouvelles ? », s’interrogea-t-elle,  non sans verser des larmes qui par la même occasion ne manqueront pas de briser le cœur de toute la délégation de personnes présente.

Raymond Tchengang, plus consolateur que jamais, insistera sur l’importance de la prière en de telles circonstances, car dira-t-il : « L’argent seul ne saurait remplacer la volonté et les merveilles de Dieu ».

Ce dernier remettra entre les mains de l’artiste, la somme de 1 million de franc en espèce, précisant que ce n’était qu’un petit geste, ne s’étant pas préparé vue l’urgence de la situation. Un geste alors petit de nom, puisque plongeant la mama dans une émotion sans précédant. Toute en sanglot, elle remerciera grandement le Ciel : « Merci Seigneur d’avoir permis que mon enfant reconnaisse les efforts de sa maman en me portant secours ; Raymond Tchengang que Dieu vous ajoute 100 ans et vous bénisse au nom de Jésus Christ ».

Mais l’âcreté de la déception est à peine voilée ; Anne Marie Nzie regrette l’absence de la tutelle au moment où elle a le plus besoin d’elle : « C’est le ministère des arts et de la culture qui devait s’occuper de moi, mais je ne vois personne, pourtant ils sont au courant ». A chaude larme, elle fera d’autres révélations fortes : « Le Président de la République a bien demandé que l’on me construise une maison de 06 chambres et 01 salon. A la place, ils n’ont fait qu’une chambre et un petit salon. Jusqu’aujourd’hui ils ne m’ont jamais remis les clés même de cette petite maisonnée. Ils ont pris une voiture Suzuki avec un chauffeur pour moi, mais dites-moi, où vais-je la garer ? Est-ce que c’est bien ce qu’ils ont fait M. le Président de la République ? » L’émotion était insoutenable et certains écraseront alors une larme à leur tour, impuissant devant de telles intentions égoïstes, malsaines, dont l’aversion friserait le scandale et le ridicule aberrant.

Très gêné, le donateur trouvera difficilement les mots pour dissiper la tristesse : « Je n’en reviens pas ; j’étais loin d’imaginer que les choses étaient ainsi. Juste des larmes aux yeux à l’écoute des paroles de notre maman à tou,s qui en passant porte le prénom de ma mère biologique, ANNE ; après tout ce qu’elle a fait, mama Anne Marie Nzie  est le symbole de tout un peuple. Pourquoi est-ce que ça lui arrive à elle ? Pourquoi avons-nous tourné le dos à nos valeurs ? C’est triste ».

Après une brève causerie, le visiteur dira au revoir à la maitresse des lieux, lui promettant de multiplier les prières à son endroit non sans lui souhaiter courage. L’artiste quant à elle implorera le Seigneur afin que sa miséricorde enveloppe ce bienfaiteur au cœur d’ange.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...