CamerounMusique

Festi-Bikutsi 013 : La 15ème édition s’ouvre ce jour.

La 15ème édition du festival international des musiques bantoues vient de marquer son premier pas; pour justifier ses multiples objectifs notamment son cadre d’échange et de partage par excellence, depuis ce matin au camp Aes Sonel (village du festival) se tient un atelier de formation avec pour thème : « Gestion de la sécurité des spectateurs dans les manifestations publiques : Le cas d’un festival ». Le Directeur du festival, René Ayina, inaugurait ce séminaire aux côtés du formateur Michel Ongla, qui va souligner la pertinence d’une telle thématique : « il n’ait plus besoin de rappeler ici l’importance ou la nécessité d’une telle formation, il suffit d’observer l’environnement socioculturel du Cameroun, vous vous rendrez compte que la sécurité est le poste le moins budgétisé dans les évènements culturels. On y pense généralement à la fin et on se retrouve dans des situations où l’organisateur fait des navettes en justice, parce que poursuivit par des spectateurs blessés ».

Le directeur du festival quant à lui reviendra sur des manifestations comme celle où l’artiste Diam’s était invitée, qui n’étaient pas du tout facile à gérer, le souhait étant pour l’équipe à la fin de cette formation de mettre à la disposition  des promoteurs d’évènements culturels, des jeunes compétents  capables de réfléchir sur la gestion de la sécurité et capables de comprendre le comportement des foules.

Pendant quatre jours, Michel Ongla va s’attarder sur quatre modules dont le premier portera sur l’origine juridique des cadres de manifestations publiques, le deuxième (demain mardi) sur la psychologie des foules, après demain (Mercredi) sur l’organisation des secours, et Jeudi il bouclera avec l’accueil des participants et l’organisation de la sécurité, c’est-à-dire le service d’ordre.

Sur la trentaine de participants en lice, seuls dix ont été retenus pour cette formation : « Vous savez, la formation intellectuelle n’a pas forcément besoin de mille personnes ; nous avons besoins de personnes qui vont impulser le changement, et dix personnes c’est pas petit. On pense mieux quand on est peu. Pour ce qui est des critères, nous nous sommes penchés sur le professionnalisme, la volonté et surtout la fréquence des participations aux évènements », précisera ce dernier.

Michel Ongla a d’ores et déjà une idée pour la suite : « A la fin du séminaire nous comptons mettre à la disposition des participants une base documentaire qui leurs permettra d’acquérir plus de connaissances ; nous resterons également en contact avec afin qu’à chaque fois qu’ils éprouveront un quelconque besoin en la matière, nous puissions leurs apporter un peu de lumière ».

Pour ce qui est de l’aspect festif et artistique, le plateau s’ouvre ce 08 Novembre avec une soirée « hommage à Nkodo Si Tony » toujours au camp Aes Sonel (Essos-Yaoundé) et se poursuivra jusqu’au 10, date de clôture du festival.

 La cérémonie d’ouverture, qui verra la présence de Mme la ministre des arts et de la culture Ama Tutu Muna, se tiendra au Palais des Congrès ce Samedi 09 Novembre à 19h.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...