CamerounLitteratureLivre

Livres : Souffrances et Epreuve de Vie

(P.88) : recherche irénique du bien être et savoir vivre ou cri de détresse d’une société ignominieusement en perte d’intégrité.

Oui, littérateur, Mbombog Mbog Matip Emmanuel ne s’en cache pas, mais en parcourant les pages de « Souffrances et Epreuves de Vie », on ne peut lui en vouloir de ne pas être cet intello de haut vol, car la pertinence de ses dires nous met face à un homme qui maîtrise plutôt bien son sujet, pour avoir traversé lui-même « ces » épreuves et vécu « ces » souffrances qui meublent notre quotidien, sinon, celui de la plupart d’entre nous. Un quotidien qui n’est que tissu d’animosité, de perversion et d’errements des uns vis-à-vis des autres. Presque toujours victimes de comportements acrimonieux, au-delà d’un plaidoyer à l’endroit des défavoriser, cet ouvrage est lato sensu un éveil de consciences, présentant l’urgence qu’il y a de ramener l’Homme à la bonne moralité, au sens de l’éthique-même, à la crainte de Dieu dans un souci d’épanouissement dans la société. Dix chapitres constituent donc le contenu de ce livre, plutôt bien rédigés, même s’il fallait l’élaguer d’une certaine façon.

Souffrances et Epreuves de Vie s’ouvre sur un message du Président de la Ligue Nationale de défenses des droits des personnes défavorisées qui n’est autre que son auteur Mbombog Mbog Matip Emmanuel, à l’endroit de la première Dame, Chantal Biya. Un vibrant hommage lui y est rendu et quelques points pertinents lui y sont soulevés, afin de passer au crible de sa pensée critique. Ce qui nous conduit directement au premier chapitre « Mystère de la vie », une pétition de l’auteur au couple présidentiel, où il relate son calvaire et quelques circonstances dont il a été victime, face à l’ignominie découlant très souvent de trafic d’influence. Une transition parfaite pour le deuxième chapitre qui étale la misère ambiante qui hante nos prisons, « les prisons du Cameroun : quel calvaire. » l’auteur ici adresse directement une lettre ouverte au couple présidentiel sur la difficile condition humaine qui y règne. Le fiel de certains gardiens de prisons avec l’aval des régisseurs, qui ne se gênent pas de spolier les familles. Des pauvres hères pour la plupart envoyés innocemment en prison et traités comme du bétail. Il serait plus qu’urgent d’obvier à cela car selon l’auteur, outre la mauvaise gérance de notre système pénal, les prisons sont devenues un lieu de destruction et de déroute où les mineurs partagent les mêmes cellules que les bandits de grand chemin et les condamnés à mort. Même les dons octroyés par l’Etat ou les âmes de bonnes volontés y sont détournés par les régisseurs en complicité avec les gardiens de prisons. Conséquences, les détenus meurent de malnutrition et de maladies de tout genre dues au manque total de salubrité.

« Les grandes leçons de la vie » est la troisième escale de l’ouvrage. L’auteur ici invite tout homme à se référer à la parole de Dieu face à sa litanie de plaintes. Mbombog Mbog Matip Emmanuel s’arrêtera également sur « la nature humaine et la jalousie » au 4e chapitre, avant de se lancer véritablement sur « les signes d’une maison totalement hantée et autres manifestations maléfiques » au chapitre 5. L’homme étalera ici ses dons de tradipraticien, dévoilant les faits mystiques qui nous nuisent au quotidien. Il donnera alors plus loin au chapitre 7 quelques formules et conseils susceptibles de conjurer les sorts et éloigner toute malédiction. Les phénomènes de société ne sont pas en reste. Devenues un véritable fléau, les agressions dans les taxis sont ainsi passés au crible au chapitre 6, tout comme « les faux pasteurs, comment les reconnaitre ? » du chapitre 8. Là encore, l’auteur n’y va pas de mains mortes. Il va d’ailleurs traiter de mesquins les fidèles de « ces » églises dites réveillées, qui selon lui, « seraient prêts à tout donner  au «  Ministère » du culte pour se faire voir au mépris du pauvre mendiant qui demande l’aumône à l’entrée de la chapelle ».  « Ils ignorent alors que ces pasteurs ont déjà réussi leur vie, ils croient alors servir Dieu qu’ils ne voient pas et méprisent ainsi le « prochain » au quotidien. » a-t-il ajouté.

Mbombog Mbog Matip Emmanuel enchainera avec d’autres maux tels la prostitution, l’homosexualité, la corruption ou encore le comportement abject des hommes en blouses blanches dans nos hôpitaux. L’auteur conclura en émettant quelques propositions qui viseraient à scotomiser à jamais les dérives de certains individus aux pensées impures qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts, afin de bâtir une nation digne de ce nom.

« Souffrances et Epreuves de Vie » dévoile donc toutes ces tares et attire l’attention des autorités administratives et politiques, des élites et autres âmes de bonne volonté, sur l’urgence d’un changement radical et positif, pour le bien être de notre République.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...