CamerounChroniqueMusique

La musique est un sport

Mais jusque là, il a été étonnant de constater que dans une si grande nation qui regorge de talents et de potentialités énormes dans tous les domaines du sport, qu’un pays comme le nôtre aux portes de l’Afrique centrale, et au cœur de l’Afrique en générale, ne porte pas en son sein un réel « palais des sports ». Il a fallu attendre sans risque de nous tromper une fructueuse coopération entre la Chine et le Cameroun, pour voir naitre au cœur de la capitale Yaoundé, le joyau architectural de Warda, inauguré en juin 2009 par des cérémoniales dignes de ce nom.

Prévu pour les disciplines sportives telles : la boxe, le volley ball, le hand ball, le basket ball, l’haltérophilie, le judo, le tennis de table, la gymnastique…le palais des sports ne tardera pas afin abriter les plus grandes rencontres et compétitions nationales et internationales de volley, de tennis, de boxe pour ne citer que ceux là. C’est dire que de prime abord, il était prévu pour tout sauf pour abriter les spectacles du genre que nous avons vécu le samedi 12-11-2011. C’est suite aux demandes sans cesse grandissantes de l’organisation des grands évènements au Cameroun et devant le triste constat de manque de salles de spectacles, et de la fermeture des seules salles de cinéma qui nous restait et qui servait à la fois de salle de spectacles, que le Palais des sports a très vite et malgré lui élargit son champ d’action, et est devenu en moins de deux ans la plus grande salle de spectacle et la plus sollicitée au Cameroun. Les maitres dans l’art de l’évènementiel chez nous, n’ont pas « dormi la carte », mais ont tenu le haut du pavé et ne cessent d’essouffler le palais des sports de spectacles. 

La preuve c’est que depuis ces deux dernières années, le joyau a accueilli plus de spectacles que d’évènements sportifs, et les gens ne se rappellent du palais des sports que lorsqu’un concert y est programmé. Ce n’est que lors des spectacles qu’aux portes de ce palais qu’on peut constater de l’affluence, les rangs infinis d’hommes de femmes et d’enfants ; dans ce vaste parking, ce sont les voitures que vous voulez voir ? Alors vous en verrez de toutes les marques de toutes les couleurs et d’un nombre incommensurable. Pourtant les  rencontres sportives bien qu’internationales, sont à toutes les bourses donc gratuites, mais l’écho qui multiplie exponentiellement la voix des sportifs et des spectateurs dans la salle, est la preuve par 4 que la salle est funèbrement vide.

Afin d’occuper les 5263 places que compte le palais des sports, il faut attendre de programmer un spectacle de musique. Et là dessus les organisateurs de spectacles n’hésitent pas à y inviter que des artistes de renom ayant une côte de popularité sans cesse croissante.

C’est dans cette mesure que Patience Dabany la mère de « On vous connait », celle qu’on appelle habituellement et intimement LA MAMA, se verra ainsi recevoir la lourde charge de rassembler des milliers des camerounais autour d’une même mélodie, chose promise chose dû. Avant elle beaucoup d’autres artistes s’y sont produits et ne vous méprenez pas là dessus ils ont eux a leur tour réussi le pari. Et après La Mama, plusieurs autres artistes viendront avec la même ambition de crève la faim de faire toujours mieux que le précédent.

On verra entre autre le rappeur de France Soprano, membre du groupe  Psy 4 De La Rime, auteur de « puisqu’il faut vivre » et de « la colombe », remplir a quelques places près le palais des sports, avec a ses côtés ValseroTony et les autres. Réussissant ainsi à réunir autour de lui ces milliers de jeunes tous amoureux en grande partie de la bière et des boites de nuits, sacrifiant ainsi des milliers de nos francs pour participer à un concert de rap.

Pendant l’été le musicien ivoirien le plus titré et le plus sollicité de sa génération Le Dj Arafat n’a point dérogé à la sacré règle, pourtant à un prix exorbitant a pu créer sans grande difficulté, et sous les ordres du « Commandant Zabra » une marrée humaine. Fally Ipupa le prince de la rumba zaïroise n’est pas en reste, beaucoup d’autres artistes de la même enseigne que ces derniers peuvent être pris pour exemple pour illustrer notre argumentaire, mais pour tous les citer il faudrait je crois, et croyez moi plus que trois pages d’un article.

Selon certaines rumeurs ayant force d’informations, la famille du Sexion d’Assaut et La Fouine en fin d’année viendront à leur tour confirmer la règle, mais soyez en sûr pas en faisant l’exception.

Bien que la musique soit universelle, nous pouvons constater que jusqu’ici ce ne sont que des expatriés qui ont réussi ce pari géant. Comme ci les promoteurs n’avaient pas assez confiance à nos artistes locaux et selon un exercice rapide de « ma’ plan ma’ calcul » pour parler comme nos frères de l’Ouest Cameroun, ces promoteurs ne voient pas avec un artiste du terroir en guest star leur  argent une fois injecté la seule garantie de la simple récupération, pour ne pas paraître utopique en parlant de bénéfice. C’est pour celte raison que ceci comporte toujours un gros risque, et comme on n’investit pas dans la chance, il faut toujours agir avec prudence et miser sur le bon cheval. C’est peut être ce que Pit Baccardi le leader du Noyau Dur, et de Empire Company a fait avec le X Maleya ce samedi 12-11-11, il a misé sur le bon cheval. Ce groupe de jeune camerounais, qu’on appelle habituellement les trois mousquetaires, produit par Pit cité ci-dessus, est l’un des rares groupes d’artistes camerounais et africains ayant vendu 50 000 disques en moins de 6 mois. C’est dire que remplir une salle de 5000 et poussière de places n’était pas étonnant de leur part.

Mais à en croire mes sens et la présence ce jour au palais des sports de près des 6000 personnes, le X Maleya avec le concours d’une autre coopération fructueuse entre TRACE et MTN, et de beaucoup d’autres sponsors, nous a offert un spectacle sans précédent. Avec une gestion scénique magnifique, sur la scène comme des combattants d’Athènes ou de Dakar dans une arène, avec une énergie à en revendre, des chorégraphies qui nous font applaudir la mort du regretté Michaël Jackson, le spectacle était si émouvant que les cris assourdissants du public  empêchait d’entendre les charmantes voix d’Auguste et de Roger et les doigtés de Ice. Mais ceci témoignait sans doute du niveau du spectacle que ce groupe mythique offrait à nos yeux et du régal qu’ils procuraient à notre esprit.

Sur le mur de MTN TRACE sur le réseau social Facebook, quelques jours avant ledit spectacle, ceci grâce aux clichés de Taphis, celui que j’aime appeler « Booska P,l’œil du rap camerounais », par lui donc on pouvait voir comment le X Maleya se donnait à corps et âme, dans les préparatifs du concert, comme ci vraiment ils s’apprêtaient a la manière des lions indomptables des années 2000 à une finale de la coupe des nations. Rencontre au cours de laquelle il fallait être le meilleur et le prouver sur le stade. C’est ce que le X Maleya a fait, le public considéré comme son adversaire ce soir du 12 Novembre, après la première partie, attendait hâtivement l’équipe adverse en poussant des cris de fauves tels que : « ils sont où ? », effrayant comme les All Blacks, on pourrait penser que l’équipe X Maleya retardait son entrée, soit par stratégie pour fatiguer le public enragé, soit par peur de se faire battre. Mais à la surprise générale, 3 hommes, armés de deux micros et d’une guitare, accompagné de quelques de coéquipiers robustes pour ne pas parler de Franky P, de Stone, de Final D, et de la Diva Lady Ponce, contre 3 fois 2000 personnes affolées, faisaient leur entrée triomphale, sans bruit ni gloire, tranquillement en direction du ring, l’adversaire peu à peu se plie, tombe amoureux de l’ennemi et devient son partenaire, récite leur chansons, danse à leur pas de danse, voyant l’adversaire faire ses démonstrations de force, et applaudissant avec des ovations a leurs exploits. Ainsi le combat cessa faute de combattant, et un spectacle grandiose a été offert grâce au X Maleya avec la participation grandiose du public. Mais le mot de la fin était celui de Pit Baccardi, et c’était celui-ci s’adressant au public : « si on est là ce soir c’est grâce à vous ».  Alors selon vous qui a été le vainqueur ?

Une chose est sure, et nous l’avons confirmé cette nuit, c’est que : plus qu’un art, la musique est un sport où les acteurs mouillent le maillot et les shorts pour avoir les plus grands scores.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...