InsideInterview

Nanny Power : « Les personnes de petite taille sont des êtres à part entière…»

Son dynamisme exacerbant, sa détermination sans faille, sa joie de vivre, son élan de cœur, et sa beauté font d’elle tout un symbole pour ce qui est de la communauté de personnes de petite taille ; mesurer moins d’un mètre est loin d’être une fatalité, encore moins une raison de paresser. Nous sommes allés à la rencontre de Nanny Power, la Présidente de l’association des Personnes de petite taille du Cameroun, parallèlement présentatrice du programme « Handicape Show » sur la Crtv. Elle nous raconte son parcours…

Bonjour Nanny Power et merci pour votre visite à culturebene.

Bonjour à vous, merci d’avoir pensé à ma modeste personne et surtout merci à ceux qui me prêteront leur attention en vous lisant.

On imagine bien que Nanny Power est un nom d’emprunt … C’est quoi le véritable ?

Mon véritable nom est Zeinab Mentopo, je suis originaire du Noun.

Votre dynamisme et votre détermination font de vous un personnage à multiples casquettes, ce qui vous vaut cette réputation de femme publique. Aujourd’hui vous êtes présentatrice télé, présidente d’association, et votre image est sans cesse plébiscitée pour des apparitions dans des clips… Décidément, qui est Nanny Power ? D’où vient-elle ?

(Rires) Disons qu’il y a toujours un début à tout ; Nanny est né à Bafoussam (dans la région de l’Ouest), puis a grandi à Ebolowa et Foubot où elle a fait les écoles primaires, avant de s’installer à Yaoundé. Cependant ce n’était pas facile pour moi, car étant personne différente, de petite taille, j’ai dû subir beaucoup de discriminations et d’humiliations. Cela devenait plus dur quand au fil des années je constatais les changements physiques chez mes camarades or moi je demeurais petite…

Et comment est-ce que l’on surmonte ces moments compliqués ?

Je remercie vraiment Dieu de m’avoir donné des parents formidables qui à chaque fois trouvaient le bon mot pour me soulager et me faire comprendre qu’au fond je ne suis pas si différente et incapable comme le pensent certains. Mon papa est vétérinaire, et son expérience dans le domaine médical m’a beaucoup aidé, il me disait toujours : « si tu tiens à t’imposer, sois intelligente, cultivée, et entreprenante, réalises toujours des choses biens ». Jusqu’aujourd’hui ces mots me guident et sonnent comme des principes dans ma tête. Je me suis résolument mise au travail à partir de ces instants et ma détermination était telle qu’à l’école on me surnomma « POWER » –je débordais d’énergie, j’étais trop autoritaire et j’étais hyper active-, que j’ai ajouté à mon nom de maison NANNY. Et par la suite c’est devenu mon nom une fois que j’ai intégré je showbiz…

Justement on y arrivait ; comment se fait ton immersion dans le show-business camerounais ?

Disons que j’ai commencé en accompagnant des artistes ; cela m’est venu par mon amour pour la musique. A chaque fois, quand j’étais plus jeune, j’admirais les stars et je me demandais comment est-ce qu’elles font pour être tant adulées et suivies ? C’est ainsi qu’un jour je croise le chemin de Fally Ipupa en 2006 puis après une bonne discussion on ne s’est plus quitté ; lorsqu’il est de passage au pays, j’assiste à ses concerts, je suis dans les backstages, même hors du pays son manager Madina et moi échangeons… Seulement, je me voyais mal en train de profiter seule de ces privilèges car au fond de moi je savais pertinemment que quelque part d’autres personnes de petite taille sont discriminées et n’auraient probablement pas d’amis ; voilà comment nait l’idée de mettre sur pied une association, aidée par mon père, qui réunirait les personnes de petite taille. Nous sommes toujours en 2006

On imagine l’ambiance quand vous vous retrouvez…

(Rires) Oooh c’est super cool, surtout qu’à une époque, je croyais être la seule naine sur toute la planète jusqu’au jour où je tombe sur un camarade de classe du primaire à Ebolowa et j’ai été stupéfaite.  J’en ai vu d’autre à la télé et ils étaient chez les blancs… Bref, voilà comment je me lance à la recherche de mes semblables. Pour répondre à votre question,oui, quand on se retrouve c’est vraiment comme un poids qui tombe, et on est heureux de nous retrouver, loin des intrigues et des moqueries.

Et votre association aujourd’hui est l’une des rares a être légalisées…

Oui grâce à Dieu, mais cela n’a pas été facile car on a dû attendre deux bonnes années ; n’eu été un concours de circonstance, on en serait toujours à la clandestinité. En effet, le ministère de la promotion de la femme et de la famille nous avait permit de défiler le 08 mars 2008  malgré qu’on n’était pas légalisé, et c’était inespéré. C’est après ce défilé, vu l’écho qu’on a provoqué, qu’on a pu nous légaliser.

C’est quoi déjà le but de l’Association des Personnes de Petite Taille du Cameroun ?

Le but premier est de réunir le maximum de membres de petite taille et de lutter contre la marginalisation de ces dernières dans la société, non sans leur assurer une insertion normale dans la société en stimulant les soutiens des bailleurs de fonds et ONG.

Ça se passe bien jusqu’ici ?

Disons qu’on se heurte presque toujours à un même souci : la majorité des personnes de petite taille a dû interrompre le cursus scolaire pour fuir les moqueries et la marginalisation. Alors il est prioritaire que l’on inscrive certains membres à des écoles de formations ou même à des ateliers afin qu’ils puissent acquérir connaissances et compétences.

On a remarqué qu’en dehors des apports d’ONG, le gouvernement également prête une oreille à vos doléances…

Exactement ; vous m’ôtez les mots de la bouge. Je m’en vais de ce pas remercier La Fondation Chantal Biya qui est un partenaire inconditionnel et traditionnel, mais également La Fondation Cœur D’Afrique de Son Excellence Ambassadeur Roger Milla. Je vais vous citer un cas des nôtres, la nommée Viviane, qui avait conçu –bien que certains pensent que les femmes de petite taille ne donne pas vie-, avait accouché par césarienne à La Fondation Chantal Biya. Bref, nous trouvons également du travail à nos membres.

Et qu’en est-il de vos apparitions dans  des clips musicaux ?

Vous l’avez dit plus haut, je deviens un personnage public, un symbole pour mes semblables. Du coup, comme pour sensibiliser les gens que NOUS existons, de temps en temps nous acceptons des rôles dans les clips ; ça me renvoie au tout nouveau clip du jeune Tony Sunshyne intitulé Femme Africaine ; pour magnifier la femme camerounaise il a porté son choix sur toutes les catégories (brunes, albinos, noires, petites, moyennes, grandes) et il a pensé à moi j’en étais très heureuse. C’était pareil avec le clip de Lady Ponce « Làlàlà » dans lequel elle m’a sollicité et j’ai pu la persuader d’y introduire d’autres membres de l’Association car nous voulions booster l’image de la personne de petite taille et ça a marché. Donc pour vous dire que nous figurons dans des clips pour des objectifs précis.

Nous refermons cet entretien en évoquant votre toute nouvelle casquette, celle de présentatrice télé sur la chaine nationale Crtv via le programme « Handicape Show » ; racontez-nous cette aventure ?

Tout est parti du fait de la recherche d’une plus grande visibilité à la suite d’une décision commune, avec les membres de l’association. Je venais de regarder un programme à la télé, « Comptoir d’Afric » sur Canal2 International et ça m’a plu. Je souhaitais y passer avec les membres pour parler de nos projets et de nos activités, et c’est Michael Kiessou qui présentait à l’époque. Il a été très étonné, on aurait dit que c’était sa première de voir une personne de petite taille sous ses yeux… Bref, on est tombé d’accord et il a accepté nous inviter et ça s’est bien passé au point où on en était ému. Quelques jours après, j’ai été contacté par le concepteur de l’émission en la personne de Beau Regard alias Docteur Love, qui me proposa de me joindre à son projet qui valorise les personnes vulnérables et celles à validité réduite à travers une soirée solennelle, et j’ai accepté car le concept rejoignait mon idée sur une émission télé « Handicape Show » qui était d’ailleurs déjà sur papier. La soirée a eu du succès, et ça m’a inspiré la soirée « Handicape Show Event » où on a réunit malvoyants, handicapés, sourds, muets, bref toutes les couches vulnérables. Et lors de cette soirée, nous leur avions fait la surprise de leur ramener les stars qu’ils adulent, et tous n’avaient d’yeux que pour Stanley. Ce dernier n’était pas au pays, mais son équipe et lui ont tout fait pour être qu’il soit rendez-vous sans rien demander en échange. C’était son anniversaire en plus, un 8 février.  Après ça j’ai décidé de mettre ça sur télé immédiatement et j’ai pensé à la télévision nationale, qui pour moi demeure la meilleure vitrine, la maison mère. Le programme y passe les Lundis à 10h30 – 11h et les rediffusions les mercredis.

Comment contacter l’association ?

Juste à ce numéro : (+237) 698 08 34 91

Merci pour votre disponibilité

Mille fois merci à vous.

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer