CamerounInterviewMusique

Louise Aboumba : « Redzone fait de la qualité »

C’est la porte ouverte à l’international que Redzone affiche ses plus beaux atouts durant ces quelques jours de rencontres. C’est par le biais de la personne de Louise Aboumba, responsable du stand et chargée de la réception des visiteurs durant le festival que tout a été déblayé concernant leur présence au SIMA.

Louise Aboumba, vous êtes ici au stand de RedZone, qu’est-ce que vous exposez déjà ici au festival « Le Kolatier » ?

Dans un premier temps, on est venu vendre le label, et à côté de ça, vendre tout notre côté audiovisuel. Mais, d’abord c’est le label avec tous nos musiciens que nous voulons mettre en avant.

Comment ça se passe donc depuis le début de l’exposition ? Les gens sont-ils réceptifs ? Quels sont les réactions des personnes qui s’arrêtent chez vous ?

Les gens sont surpris parce que certaines personnes qui ont vu nos vidéogrammes, dans un premier temps ils se disent ouais ce n’est pas des camerounais, ça vient d’ailleurs. Donc, il y’a une partie du public qui a pu savoir que nous sommes camerounais, que nous sommes basés à Douala. Et un public de reconnaissance en disant ah oui, on connait Redzone. Ça fait plaisir de savoir que les gens savent qui nous sommes. Et pour ceux qui ne savent pas, de savoir que voilà, on est là !

Là, je vois des CD.

En fait, on a travaillé en deux temps, le premier temps c’est de mettre en avant toutes nos coproductions, parce qu’on a beaucoup coproduit et de montrer aussi qu’on a produit. Et, de montrer aux gens qu’au-delà du studio d’enregistrement, nous sommes quand même un label. Donc, on est venu vendre ce qu’on sait faire d’abord. Tout ce qui est production audio, tout ce qui est production vidéo. Mais aussi de se dire que voilà, on est un label. Donc, on est venu vendre notre Raid Tape. Sissongho’s MC, je fais un clin d’œil à eux qui sont finalistes à Afro Pépite. Il faut voter, aller sur la page Facebook « Afro Pépite » et votez. Et aussi Sango Mboa et Djess Panebo qui sortent bientôt dans les bacs ! On est venu pour vendre tout ça. Mais aussi à la recherche du marché. De dire aux gens qui viennent d’ailleurs que voilà, le Hip Hop Camerounais est bien en place et nous sommes prêt pour tous les spectacles de la sous-région et d’ailleurs.

Redzone a une pléiade d’artistes, mais y’a-t-il des artistes majeurs ?

Non, il n’y a pas d’artistes majeurs. On est une grande famille et dans la famille, il n’y a pas de grands, il n’y a pas de petits. On est tous ensemble et ça fait un bon bout que nous cheminons ensemble et on espère arriver tous ensemble à la terre promise. (Sourire) On est en route pour ça en tout cas.

Il y’a pleins d’étrangers présents ici, est-ce que vous avez pu échanger avec eux ?

Oui, on a pu rencontrer les gens de la sous-région, les gens de l’Afrique de l’Ouest. Et on a pu échanger la manière de voir de là-bas, la manière de voir d’ici. La manière même de se positionner par rapport à eux. Certains ont été surpris de la qualité des vidéogrammes. Ils ont dits ayyayahi, il y’a de la qualité. Bah oui, il faut savoir qu’il y’a de la qualité au Cameroun, et parmi la qualité, il y’a Redzone.

Y’a-t-il un truc que vous voulez rajouter par rapport à l’expo dans votre stand ici au SIMA, par rapport à tout ce qui est en rapport avec Redzone ?

Ce que je voudrais rajouter dans un premier temps, c’est dommage qu’il n’y ait pas beaucoup de label qui soit label de tout ce qui est musiques urbaines, que les gens ne se soient pas intéressés à ça. Bon, ça c’est un petit coup de gueule ! Mais ce que je voudrais préciser ici, c’est qu’on a fait de belles rencontres. On a rencontré des gens qui croient en nous, qui savent qui on est. Il a été très important pour nous d’être là, parce que voilà, enfin on amis un visage. Enfin on a rencontré des gens dont on entendait parler et on a pu avoir de bons contacts. Mais le plus important aussi c’est de se dire que Redzone ce n’est pas seulement un label, ce n’est pas qu’un studio d’enregistrement. On fait aussi dans le développement artistique. Donc, on veut aussi aller au-delà et se dire qu’il y’a des choses à faire. Ce n’est pas les autres qui doivent les faire. Nous, on est en chemin pour ça et on se dit qu’on va accompagner tous ceux qui sont dans notre label pour développer la côté artistique pour pouvoir être vendu partout.

Contact : redzonelabel@gmail.com 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer