CamerounInterviewMusique

Michael Kiessou : « Dans Abélé j’invite la jeunesse à danser et à célébrer la vie »

. Que voulez-vous donc, Ne dit-on pas qu’on ne peut pas plaire à tout le monde ? Où est l’intérêt si oui, surtout qu’en voulant plaire à tous, on court le lamentable risque de plaire à n’importe qui. Michael kiessou est un jeune qui a des buts dans la vie, malheureusement ce n’est pas le cas chez tout le monde. Même s’il s’en sort plutôt bien à la télé, sa carrière musicale se porte tout aussi bien ; après Demoiselle, il nous revient avec le maxi single « Partage », dont le titre Abélé fait déjà pas mal de tapage. Votre site lui consacre ses pages…

Michael bonjour et merci de répondre à nos questions…

Je salue déjà d’emblée le travail qu’accompli www.culturebene.com, c’est un site internet pour lequel j’ai beaucoup de respect. Je le consulte d’ailleurs régulièrement pour m’assurer de la véracité ou de l’authenticité des informations à ma disposition en tant que chroniqueur culturel de la chaîne Canal2 international. Ce d’autant plus que les journalistes qui travaillent pour ce site sont des hommes de terrain, ce qui crédibilise assez leurs sources. Alors aujourd’hui, quand on décide de parler de Michael kiessou dans les colonnes de culturebene.com, c’est plus qu’un honneur, je suis vraiment très touché par tant de considération.

On va se pencher sur ta carrière d’artiste ; déjà dis-nous, tu es animateur avant d’être chanteur ou c’est plutôt l’inverse ?

(Rire) Merci pour cette question qui, j’en suis convaincu, pourra édifier pas mal de gens sur qui est véritablement Michael Kiessou, tout du moins d’où il part avant d’atterrir à la télé ; et bien, pour répondre à votre question, et ce de manière franche, je suis chanteur à la base. En fait c’est ma première passion, la musique. J’ai fait des études en communication c’est vrai, ce qui me prédestinait à ce milieu médiatique dont je fais partie intégrante aujourd’hui…

Mais tes anciens démons ont fini par te rattraper ; c’est d’autant plus officiel qu’aujourd’hui tu nous reviens avec Abélé, après ta reprise du titre Demoiselle de l’artiste Douleur. C’est quoi en fait, Abélé ?

Avant de répondre je voudrais ajouter à la suite de votre remarque que cette reprise de Demoiselle était une sorte d’hommage que je rendais à ce grand artiste ; il faut dire qu’à son époque Demoiselle avait fait un carton et ce n’est pas nos parents qui me diront le contraire… J’ai commencé par là parce que je voulais me lancer avec les acquis de chez nous ; à partir de là, le public camerounais a pu se rendre compte que je ne me suis pas jeté dans la musique pour faire figuration, mais que j’avais des arguments solides pour l’exercer. Evidemment il m’attendait au tournant, et là je pense qu’avec Abélé il est rassuré. Alors pour revenir à Abélé, je dois déjà dire que c’est l’un des titres de mon  maxi single « Partage » travaillé minutieusement avec mon label Hope Music Group (HMG) qui est sorti ce mois d’Août 2013. « Partage » parce que je veux vraiment partager mon expérience avec les autres, échanger avec eux ce que nous avons d’essentiel. Abélé c’est en fait un rythme qui tire ses origines du Littoral. Pour ceux qui ont comme moi eu à assister aux différentes cérémonies des peuples Duala ou côtiers comme on les appelle communément, ils ont dû voir ces fanfares traditionnelles qui sont très souvent au centre de l’animation. C’est cette animation qu’on appelle Abélé, et l’orchestre chargé d’exécuter cet Abélé est constitué d’experts en animation ; ces gens mettent de l’ambiance comme personne, vous pouvez d’ailleurs avoir une esquisse en regardant les prestations de Ngando Piket, la mascotte de notre équipe nationale, dans les tribunes de matches. Ce qu’il fait, c’est de l’Abélé.

Pourquoi Abélé, justement ?

Ecoutez, tout part d’un constat. Voyez-vous, aujourd’hui dans notre société les jeunes sont de plus en plus stressés et leur quotidien semble ne pas aller dans le sens qu’ils auraient voulu, ce qui fait qu’ils perdent goût aux plaisirs de la vie et oublient même qu’ils peuvent encore se permettre quelques moments d’ambiance. Alors moi, à mon niveau, en venant avec Abélé, c’est surtout dans le but de les inviter à se mettre au dessus de tout ça, de tous ces problèmes qui n’ajoutent que de l’amertume dans leur mental, et de s’amuser un peu. Et pour se faire, j’ai pensé à ce rythme de chez nous, car le Cameroun regorge de rythmes inégalables, alors je viens susciter un élan d’espoir à la jeunesse camerounaise. Les pas de danse sont inspirés du style Makassi de la légende Sam Fan Thomas, pour mieux valoriser le label Cameroun. Dansons ensemble, célébrons la vie, Abélé !!!

La vidéo est très appréciée, elle est de très bonne qualité…

Oui, il le fallait ; mais avant d’y arriver permettez-moi de saluer le travail titanesque accompli par tous ceux qui m’ont accompagné dans ce projet, notamment mon label Hope Music Group, le jeune mais très talentueux ingénieur de son Phil John qui a d’ailleurs composé la majorité de tubes de ces derniers mois mois (avec Duc-Z, Numérica et bien d’autres…), sans oublier le Ghetto Studio du génie Dj Chris. Il a cru en moi et m’a proposé de travaillé avec lui dans ce jeune label, ce grâce à l’entremise de Taphis Offishal. Alors, tous ces éléments réunis, il fallait bien un vidéogramme qui en jette. On a pensé sans réfléchir à NS Picture qui est le meilleur depuis quelques temps, et on l’a fait.

On va prendre tes contacts…

Pour avoir Michael Kiessou, il suffit de contacter mon manager Anthony au  97 54 27 31 ou taper juste mon nom sur facebook. Je ne saurais finir sans mon coup de gueule ; vous savez, comme dit le Dr Guy Parfait Songuè, nous sommes dans un pays où naître brillant est un crime. Voyez-vous, j’entends des gens dire : « Michael Kiessou à la télé, Michael Kiessou dans la musique… Il veut montrer qu’il sait tout faire ? » Vraiment c’est des réactions qui à la limite me choquent beaucoup. Les jeunes camerounais, du moins à la majorité, restent scotchés sur « Disney Chanel » ou « E! ». Et dans des chaines pareilles, on voit les mêmes acteurs qui ailleurs sont des artistes, en plus d’être des stars de cinéma et des présentateurs télé à la fois. Et on les apprécie pour ça, on les prend même pour des génies. Mais pour peut qu’un petit camerounais du nom de Michael Kiessou suive sa passion pour la musique et sa vocation d’animateur, c’est un péché selon eux. Vraiment il faudrait qu’on redescende sur terre. Ça ne plait aux gens que je sois si brillant ou intelligent, même si je n’ai jamais fait du mal à personne. Je puis vous confesser qu’il m’est arrivé de vouloir tout laisser tomber, mais grâce à dieu je me suis ressaisis, je me suis demandé pourquoi tourner le dos à mes compétences pour plaire aux incompétents ? Surtout à l’écoute de la chanson de La Fouine « Le jour où je partirai » ; je me suis dis, que vais-je laisser une fois que je serai parti, si je ne fais rien aujourd’hui… Je travaille dur pour être au top et me préparer pour la télé ; je travaille dur pour mes chansons et ça me coûte énormément car je n’ai pas de producteur. Quand est-ce qu’on encouragera la jeunesse et le génie camerounais ? Non, moi Michael Kiessou, on ne peut pas m’arrêter ; j’irai au bout de mes rêves et ambitions.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...