A la uneHistoire & PatrimoineInside

Ville de Pouma, la belle oubliée

POUMA est une commune du Cameroun située dans la région du Littoral, département de la Sanaga-maritime qui compte une population rurale à 76,59 pour cent.

Outre la ville de Pouma et ses quartiers, la commune regroupe plusieurs villages peuplés par les clans Bikok et Log Hende auxquels sont venus s’ajouter les populations d’horizons divers.

Situé sur l’axe lourd Douala-Yaoundé,  POUMA attire beaucoup de visiteurs grâce à sa géographie qui lui donne un aspect exotique, à son élan rayonnant de modernisation sans exclure ces petites touches particulières que sont la gastronomie, les traditions et cultures mais aussi le raffinement des ressortissants de cette localité.

La commune a perdu sa luxuriante forêt d’antan à cause d’une exploitation abusive. La végétation est constituée d’une mosaïque de cultures et de vergers dans laquelle se profilent de magnifiques sentiers où on peut pratiquer des activités comme des randonnées pédestres, le VTT, le Moto-Cross.

POUMA à des vallées profondes, des collines abruptes et des montagnes dont la plus célèbre reste le Mont NKONDJOCK, un remarquable lieu de pèlerinage. L’agriculture mécanisée n’y est pas favorable à cause de son sol épais.

Les ruisseaux et les rivières servent de points d’approvisionnement en eau. On y pêche les poissons et crabe qui finiront dans une espèce de sauce noire très épicée dénommée  » Bongo tshobi ».La faune aussi est menacée de disparition à cause de la destruction de la forêt. Le gros gibier s’y fait rare. La  » petite chasse » se fait pour traquer les rongeurs, reptiles, oiseaux, mollusques et autres grimpeurs.

Scolarisée et représentée dans la haute sphère de l’administration nationale, la population de POUMA à pourtant du mal à se mettre au devant de la scène.

En l’absence de musées, de salles de théâtre, d’infrastructures sportives fournies. Et pourtant, grâce aux frères André et Imam BIYIK, POUMA a eu sa love story Avec le football camerounais.

C’est dans cette bourgade, à proximité du jardin d’eden et de la baie des anges, lieux emblématiques par excellence que le 15eme tour cycliste international camerounais a pris son départ le 26 mai 2018. Un départ qui a certainement honoré les jeunes et les plus âgés mais un départ qui sonne comme un challenge pour l’autorité administrative et la population.

« Pouma vous voyez, c’est une ville d’hospitalité, où il fait bon vivre, il n’ya pas de problèmes majeures, presque toutes les ethnies sont représentés ici à Pouma, les Anglophones, les bamilékés, les Ewondo, les Bakoko, toutes les ethnies sont représentées, donc, il n’ya pas de problème. Le vivre ensemble est une réalité ici à Pouma, ça je puis vous le dire. » . Tonye Jean de Matha, le Maire de la ville présente sa ville sous la houlette du vivre ensemble.

Si les coureurs ont pris la route au signal du départ, POUMA est pour sa part  tenu de saisir l’occasion pour aborder son introspection car les défis sont nombreux et audacieux : mettre sur pied des projets ambitieux et des infrastructures efficaces afin que la commune soit reconnue dans une large échelle pour ses capacités dans les domaines de la culture contemporaine, du sport, de la gastronomie, des petites et moyennes entreprises…tendre vers un développement urbain durable, c’est le défi des populations de Pouma lors du rendez-vous de la modernité.

Par : Mimi Nlepna

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...