InsideLight On

Quelques personnalités noires qui nous ont quitté en 2018 !

Acteurs de développement, ils ont marqué leur époque dans leurs domaines respectifs en jouant un rôle prépondérant dans l’essor du continent. Ils auraient souhaité poursuivre leurs actions au bénéfice des millions d’Africains mais la nature en a décidément autrement: ils nous ont quittés en 2018. Cependant, ces personnalités demeurent extrêmement populaires au-delà des frontières africaines. Ecrivains, acteurs de cinéma, chanteurs, journalistes, sportifs, hommes d’affaires ou politiques nous allons leur rendre un hommage mérité.

Kofi Atta Annan

Kofi Annan, né le 8 avril 1938 à Kumasi (Côte-de-l’Or) et mort le 18 août 2018 à Berne (Suisse), est un diplomate ghanéen.

Il est le septième secrétaire général des Nations unies et le premier à sortir des rangs du personnel de l’organisation. Il occupe cette fonction de 1997 à 2006. Le 10 décembre 2001, il reçoit le prix Nobel de la paix.

Il meurt le 18 août 2018 en Suisse dans un hôpital de Berne, à l’âge de 80 ans, après une courte maladie.

Kofi Annan aura des obsèques nationales le 13 septembre 2018 au Ghana, où il sera inhumé.

Winnie Mandela

Winnie Mandela (de son nom de naissance Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela), née le 26 septembre 1936 et morte le 2 avril 2018, est une femme politique sud-africaine, membre et militante de l’ANC, présidente de la ligue des femmes de l’ANC (1993-1997), députée et vice-ministre des Arts, de la Culture, de la Science et des Technologies ( 1994-1995) dans le gouvernement Mandela.

Deuxième épouse de Nelson Mandela (1957 à 1996) et mère de ses deux filles, Zenani et Zindzi, elle fut une militante active dans la lutte contre l’apartheid, en particulier durant les années d’incarcération de son mari et des chefs de l’ANC (emprisonnés à Robben Island) quand ces derniers n’étaient pas en exil (Oliver Tambo à Londres). À ce titre, elle fut régulièrement harcelée par les services secrets sud-africains, maintes fois arrêtée, détenue ou assignée à résidence.

Elle nous a quitté le 02 avril 2018 à l’âge de 81 ans.

Joseph Jackson

Joseph Walter Jackson, dit « Joe » Jackson, né le 26 juillet 1928 à Fountain Hill (Arkansas) et mort le 27 juin 2018 à Las Vegas (Nevada), est un directeur artistique américain et le patriarche des artistes de la famille Jackson, qui comprend Michael Jackson et Janet Jackson.

Il est connu pour avoir été le manager du groupe les Jackson Five, composé de cinq de ses enfants et a aussi été le manager de ses quatre autres enfants.

Morgan Tsvangirai

Morgan Tsvangirai, né le 10 mars 1952 à Gutu et mort le 14 février 2018 à Johannesbourg, est un homme d’État zimbabwéen.

Ancien mineur et chef du Congrès des syndicalistes zimbabwéens, il fonde et préside le Mouvement pour le changement démocratique (MDC). Il est candidat aux élections présidentielles de 2002, 2008 et 2013, qu’il perd de façon controversée face au président sortant, Robert Mugabe. À la suite de la conclusion d’un accord avec celui-ci, il est Premier ministre du Zimbabwe de 2009 à 2013.

Aretha Franklin

Aretha Louise Franklin, née le 25 mars 1942 à Memphis (Tennessee) et morte le 16 août 2018 à Détroit (Michigan), est une chanteuse auteure-compositrice américaine de gospel, soul, funk, rhythm and blues et jazz, et musicienne (pianiste) surnommée « The Queen of soul » ou encore « Lady Soul ».

Elle a vendu 75 millions de disques et reste aujourd’hui l’artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles dans l’histoire de l’industrie discographique. Elle est en 1987 la première femme à intégrer le Rock and Roll Hall of Fame. En 2010, le magazine Rolling Stone la place première au classement des meilleurs chanteurs de tous les temps.

Seydou Badian Kouyaté

Seydou Badian Noumboïna, né Seydou Badian Kouyate, plus connu sous le nom de Seydou Badian, est un écrivain et homme politique malien né à Bamako (Soudan français) le 10 avril 1928 et mort le 28 décembre 2018 à Bamako (Mali). Seydou Badian Kouyaté effectue des études de médecine à l’université de Montpellier en France. Il est l’auteur d’une thèse sur les traitements africains de la fièvre jaune et fut un grand poète

En 1956, il rentre au Mali et est nommé médecin de circonscription. Proche du premier président Modibo Keïta, il écrit les paroles de l’hymne national du Mali. Il devient à l’indépendance du pays ministre de l’Économie rural et du Plan. Lors du remaniement du 17 septembre 1962, il devient ministre du Développement. Il défend l’existence d’un parti unique dans l’Afrique post-colonial, seul moyen selon lui de créer la Nation. Lors du coup d’État de Moussa Traoré en 1968, il est déporté à Kidal puis s’exile à Dakar au Sénégal.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...