A la uneCamerounMusique

Zaho affole le palais des sports de Yaoundé

Les radios et télé prenaient déja le rythme depuis l’arrivée sur le sol camerounais de la star indubitable du R&B français. Le sourire de la voix personnifiée, sablée et velours de Zaho angoissait la patience des mélomanes et de ses fans d’Afrique en miniature à petit feu.  La pression pointant son nez comme une inarrêtable montée de temperature.

Le public de Yaoundé a bien reçu le message et c’est bien évidemment senti concerné par cette aubaine de vivre en direct et en live un moment de communion avec la chanteuse Zaho. Personne ne pouvait manquer ça! On aurait même dit que les Yaoundéens sont tous sortis de chez eux hier soir. Un public fou et incroyablement nombreux a accueilli en grande pompe, la voix rebelle entre ses collines, au coeur de son fabuleux antre.

Dès 18 h, la file d’attente prenait déjà considérablement du volume. Les VIP et personnes normales se bousculant à l’entrée du palais des sports de Warda pour se procurer la meilleure place. Les mamans, les grands mères (eh oui sans blague!), les juniors, les adolescents et les entre jeunes et un peu plus ages se sont rués comme des fourmis dans l’espace plein air. Une optique nouvelle entamée par CY Enter10ment, un concert démentiel, une ferveur et une mare humaine à perte de vue, meme hors du palais des sports car à l’extérieur, on pouvait observer certains postés comme des commandants sur des murs dans l’espoir de vivre comme les autres cet salve d’émotions perceptible à des kilomètres.

Le petit show des vainqueurs de danses urbaines et zoropoto au Cameroun coordonné par Julio, s’est positionné pour sonner la cloche de l’avant-goût des hostilités et a su réveiller le public. C’est alors que vers 20h40 environ que la première guest star et lady du rap camerounais, dénommée Lady B a rentré ses textes chargés de son nouvel album dans le micro joint à la mélodie forte et généreuse que distille la rappeuse. Bel échange avec le public dont suivi Djess Panebo pour nous servir un condensé de cet objet musical non identifié qu’il donna en representation publique comme une douce confession. C’était ensuite au tour de Sissongho MC’s de lacher leur flow singulier, et bruler à leur tour la scène. La clic enchainant son show, on a eu le patriarche Sangoa Mboa au mic comme un chef pour susurrer langoureusement sa part de cadeau au public endiablé de Yaoundé. Il faut entre autres noter, la petite séquence improvisée pour Thierry Ntamack… Le clou de cette première partie est le sucre introduit dans les oreilles des spectateurs par le jeune Franco ! En petite perle de la chanson, il a tenu le public en sueur durant son passage très remarqué… Visley Oyie en host, tenait en haleine l’insoutenable patience du public. C’est comme çà que vint le groupe Tizeu sur la scène, pour aromatiser l’insant de leur musique et ravir les oreilles des fans en place pour se remplir la panse émotionnelle. Par ailleurs, le show des DJ’s MCB de Zaho et les autres a fait du bien au public, incluant des sons dans une sélection de balade des années 90 à aujourd’hui…

La sensation et l’attente était à son paroxysme lorsque celle qui suscite toute cette effervescence s’est enfin pointé. Zaho la rebelle, arpenta les escaliers de fortune du podium, blotti du pays des lions indomptables. Elle poussa son tout premier crie dans le micro en terre camerounaise vers minuit… Le concept Flash Mob a vu des spectateurs à perte de vue se ronger les ongles de bonheur et d’agitation démesurée, orchestrés par la joie de tout une ville aux pieds du podium. La chanteuse esquissant une chanson après l’autre, les yeux mi-mouillés d’émerveillements! Elle le qualifia de contagieuseTour… Contagieuse étant le titre de son dernier opus, qui crée d’ailleurs une cacophonie fabuleuse sur le marché du disque. Les talons aux pieds, elle les a enlevés pour toucher le sol et sauter à sa guise de par et d’autre de la scène comme une gamine face à sa première poupée. Jolie public, Zaho affirma dans la folle joie dsu soir que “ce n’est que le début d’une belle aventure entre vous et moi…merci ! “. Surprise de chanter à peine, elle se rendait compte que toute sa playlist n’avait pas de secret pour ce qui se trouvait non seulement hors de l’espace plein à craquer, sur les potos électriques; meme à l’intérieur, sur les paniers de basket mais aussi dans les deux espaces plus que jamais confondus VIP et grand public à son arrive. De son tout premier album “Dima”, au tout dernier, la complicité avec le public frisait la chair de poule et des frissons piquant jusqu’aux tréfonds des uns et des autres, étanchant sauvagement la soif de mélodies des fans de la star. “Je te promets”, “Dima”, “C chelou”, “Hold My hand”, “Lune de miel”, “Boloss”, “Tout est pareil”, “Ma meilleure”; etc. Toutes ces chansons ont fait vibrer le sol et l’air du palais des sports durant ses plus d’une heure de show. La belle s’est faite fournir par un fan le drapeau de son pays d’origine, l’algérie et Zaho la autant arboré comme le pays hôte de cette fête, pour marquer son appartenance indefectible à l’Afrique…

Zaho a ainsi posé la première pierre de son passage au Cameroun par une fabuleuse réjouissance et une veritable communion, comme jamais dans la tanière polyvalente des sports et même au Cameroun. Un succès phénomenal et remarquable! La jeune femme reprend donc de plus belle, ce soir à Douala, au parcours Vita, pour un souvenir qui s’annonce aussi éblouissant que celui de Yaoundé qui a enregisré selon Zaho sur sa page facebook 14 000 personnes.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer