CamerounInsidePortrait

Portrait : Claude Njiké-Bergeret, la Reine Blanche

Claude Bergeret naît à Douala en août 1943 et passe toute son enfance à Bangangté, à 50 km de Bafoussam. Ses parents sont des pasteurs protestants affectés à la mission de Bangangté-Mfetom. Ils y tiennent un collège pour filles où Claude est scolarisée, avec sa jeune sœur. Dès qu’elle le peut, cet enfant rebelle tourne le dos à la rigueur de son éducation protestante. Elle aime, malgré l’interdiction, retirer ses chaussures et courir pieds nus dans les collines. Souvent, elle aide aux champs et fait l’école buissonnière avec ses jeunes amies camerounaises auprès de qui elle s’initie au dialecte bangangté. «  Si je voulais jouer avec les enfants, il fallait bien que je parle leur langue », justifie-t-elle. De cette période, elle raconte que sa peau était blanche mais que son cœur était celui d’une « Noire ».
Son retour en France, à l’âge de 13 ans, n’en est que plus douloureux. Comment vivre dans un pays, une culture, si différents de son pays natal, elle qui se moquait gentiment du « Blanc » avec ses amies ?  « Mon arrivée en France, ça a été comme couper le fil. Je m’y suis plu pourtant, j’étais intégrée, mais je me sentais différente », confie-t-elle. Réticente à l’autorité, Claude redouble plusieurs classes puis finit par décrocher son Bac. Retrouvant un peu de confiance en ses capacités, elle se prend de passion pour la géographie à l’Université. Mariée jeune, elle a bientôt deux garçons et aspire à enseigner, comme l’ont fait ses parents avant elle. « Mais je sentais que ma vie était ailleurs », dit-elle. Une décennie plus tard, et au prix de nombreuses insomnies, Claude prend tour à tour deux décisions qui vont changer le cours de sa vie. Elle divorce d’abord et récupère la garde de ses enfants puis stoppe net ses études et signe un contrat de 3 ans comme professeur au collège pour filles de Bangangté-Mfetom, le même où ses parents furent missionnaires. A la fin de ce contrat, elle retournera en France, sûre d’y trouver sa place, passera l’agrégation de géographie et cherchera du travail. Enfin, c’est ce qu’elle croit.

LES RETROUVAILLES

Le retour à Bangangté de l’enfant devenu trentenaire est fêté comme il se doit par ses amis, heureux de la retrouver et qu’elle n’a jamais oubliés. En quinze jours, Claude reparle le bangangté et se fond dans une ambiance tout africaine et une joie qui lui faisaient défaut en France, où elle vivait mal un quotidien trop attaché à la chose matérielle. Ses journées sont rythmées par les cours au collège et les visites aux amies, dont certaines vivent dans la chefferie de Bangangté. Au Cameroun, les chefferies, apparues au XIVè siècle et dont une centaine ont survécu à la colonisation, sont des sortes de petits villages à la tête desquels se trouve un chef traditionnel. Les femmes du chef et leurs enfants y vivent en harmonie, chaque famille ayant sa propre case. Lorsque Claude revient à Bangangté, le chef Njiké Pokam François compte ainsi une trentaine d’épouses légitimes. De ses visites à la chefferie, Claude aime l’amitié qui y règne, la sérénité qu’elle lit sur les visages de ses habitants. Petit à petit, elle se range derrière ces femmes qui prennent la vie avec un peu de fatalité, certes, mais surtout « avec délice ». Elle participe aux fêtes, assiste les naissances, aide au quotidien. Sa présence ne passe pas inaperçu aux yeux du chef, de trois ans son cadet, dont elle apprécie « l’intelligence du regard, l’élégance ». Tomber amoureuse d’un chef traditionnel, un homme à femmes ? « Même moi, je ne pensais pas cela possible », dit Claude Njiké-Bergeret.
Pendant un temps, elle essaie de l’oublier, de « faire comme si ». Puis, décidée à ne pas fuir cette difficulté, elle prolonge son contrat d’un an et commence à vivre quotidiennement dans la chefferie afin de se convaincre que cette vie n’est pas faite pour elle. C’est pourtant le contraire qui se passe. Les rites et croyances propres à cette entité religieuse ne sont pas si contraignants, et la vie y est paisible. Cette vie en harmonie avec soi-même, cette liberté, c’est ce que Claude recherche depuis toujours. « Tout est en nous, répète-t-elle. Il faut juste un peu de courage pour devenir ce que l’on est ».
Elle ne tarde pas à tomber enceinte et devient quelques mois avant la fin de son contrat, la quarantième épouse du chef. « On me demande souvent si j’ai cherché à prouver quelque chose. Je réponds que j’ai aimé un homme, comme je n’avais jamais aimé aucun homme avant. C’est l’histoire de tous les couples et chaque histoire est différente ».

LA VIE AU SEIN DE LA CHEFFERIE

Claude s’installe officiellement dans la chefferie. Parmi les traditions à respecter, il y a, pour le chef, celle de ne pas dormir seul dans son palais. Chaque soir, il choisit la femme qui partagera son lit. « Je sais qu’en France on fait beaucoup de cas de la polygamie. Pourtant, la polygamie, ce n’est pas toutes les femmes dans le même panier. Chaque relation avec le chef est différente ». Par amour, elle aura deux enfants de lui : Sophie, sa première fille puis Rudolf, deux ans plus tard. Aux premières années de bonheur succèdent cependant des temps plus difficiles, teintés parfois de désespoir. Le chef se met à boire, au vu et au su de tous, et devient violent. Claude est battue lors d’accès de colère mémorables. « Mais le fait d’avoir été battue n’a rien à voir avec la polygamie. En France, beaucoup de femmes sont battues par un mari monogame mais la femme se tait et personne ne sait rien. Au moins, dans un foyer polygame, cela se fait devant d’autres femmes. Elles m’ont aidée à relativiser. Et puis c’est moi qui ai accepté ! » L’abbé Armel ne lui laisse pas le temps de souffler : « Justement ma Reine, comment avez-vous pu accepter ? » « Je l’aimais, c’est tout », répond-elle simplement. Neuf ans après leur union, le chef meurt d’une cirrhose du foie. Si elle avait respecté la tradition, Claude Njiké-Bergeret aurait dû rester à la chefferie et se soumettre au nouveau chef, le frère de son mari. Mais elle n’était pas là par exotisme. Refusant d’accomplir le rite du veuvage, elle part s’installer avec ses deux plus jeunes enfants à quelques kilomètres de là, au bord du fleuve Noun, sur une terre fertile bien qu’encore vierge de toute exploitation. Ce sera son nouvel havre de paix, où ses deux enfants français ne tardent pas à la rejoindre.

LE RETOUR AU PLUS PRES DE LA TERRE

Veuve, détachée de toutes obligations professionnelles, la « Reine Blanche » –surnom attribué par ses amis à la suite de son mariage – veut maintenant vivre au plus près de la terre, sa terre, celle où elle a fait ses premiers pas et qu’elle a appris à travailler dès l’enfance. « J’avais une relation intuitive avec la terre, pour moi, c’était la vie », confie-t-elle. Cette terre de la vallée du Noun, c’est son second coup de foudre. Même loin de la chefferie, elle aspire à vivre à la manière de ses anciennes co-épouses, dans une sérénité éloignée du monde moderne. « L’homme vit par addition, or qu’il faudrait vivre par soustraction », aime-t-elle à répéter.
Les premières années, elle vit seule avec ses quatre enfants dans une petite case, sans portes ni fenêtres, qu’elle a construite avec l’aide de ses fils. Petit à petit, des personnes convoitant la fertilité de cette terre s’installent à ses côtés. La communauté grandit, les cases se multiplient. Un puits est creusé qui permet d’alimenter chaque foyer en eau. On s’éclaire à la lampe à pétrole. Des canards, poules, chèvres et moutons vivent en totale liberté. Ce n’est que quinze ans plus tard que l’électricité leur parvient, sans que Claude Njiké-Bergeret n’ait jamais su qui avait financé le prolongement de la ligne.

Avec TV5

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...