A la uneCamerounLitteratureLivreMusique

Ciriac Oloum présente officiellement « Max Stirner, contestataire et affranchi » et « Transe en danse »

Imprégnation  du contenu de l’ouvrage « Max Stirner, contestataire et affranchi », découverte de son tout premier album « N’oublie jamais » (sorti en 2010) ainsi que son nouveau Maxi single « Transe en danse », voilà ce qui a constitué le menu de la soirée. A la table d’honneur, le Pr Lucien Ayissi (philosophe), François Bingono Bingono (anthropologue et journaliste), Hensa Benty (artiste) et Ben du groupe Masao (artiste). Il est très exactement 20h quand le modérateur du soir, Roblack Menye (animateur à la Fm 94) cède le micro au musicologue François Bingono Bingono pour non seulement une présentation des plus pointues, des deux œuvres musicales, mais aussi et surtout pour une bénédiction comme le veut la tradition africaine… C’est donc d’un ton solennel que le critique d’art analyse le contenu des différentes galettes, non sans nous faire part de sa vision de patriarche en la matière ; pour lui, son « jeune frère » Ciriac Oloum au-delà de sa posture de guerrier et de ses potentialités intellectuelles très admirables a en sa qualité de chanteur su caractériser sa musique en ce sens qu’elle est une « sobriété de pesance ». Pour l’homme de culture, l’œuvre ou plutôt les œuvres musicales du philosophe ont le mérite d’avoir obéit au triptyque africaine qui veut qu’une composition puisse harmoniser le chant, la danse et la parole poétique. François Bingono B. se veut alors clair, outre le savoir faire sus cité et vue l’orchestration, la thématique, le discours et le verbe dont témoigne le génie artistique de Ciriac Oloum, ce dernier est incontestablement la voix de baryton la plus profonde que la forêt n’est connue. De pures merveilles qui font l’objet d’un parfait alliage du beau et du bon. La parole sera reprise par la suite par le Pr Lucien Ayissi qui d’ailleurs a préfacé l’ouvrage « Max Stirner, contestataire et affranchi » ; en bon philosophe, il ressortira les points focaux et fera toute une étude contextuelle de l’œuvre au point qu’on se serait cru en plein cours magistral. Prolixe mais surtout pertinent dans son discours, le Pr Ayissi Lucien s’est aussi félicité du fait que l’œuvre face partie de sa collection « Ethique, Politique et sciences » aux éditions l’Harmattan. L’auteur de l’essai prendra à son tour le micro, et sera beaucoup plus concis : «  L’intérêt de cet ouvrage est d’abord de réussir l’exploit philosophique de dissiper l’oubli dont la pensée de Stirner est injustement l’objet, en montrant comment elle a servi de terreau fertile non seulement pour le nihilisme nietzschéen, mais aussi et surtout pour l’existentialisme sartrien » dira-t-il, avant de passer la parole aux nombreux journalistes pour une série de questions-réponses. La séance dédicace (du livre) viendra clore les hostilités et c’est avec plaisir que chacun pourra se procurer le bijou à un franc symbolique. La version Pdf est également en vente sur internet pour 10,13 EUR. Hensa Benty monte alors sur la scène pour le showcase.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer