A la uneCamerounComédie & HumourSpectacle vivant

6e édition du Stand up night show: Du rire pour tous

Les humoristes camerounais ont su tenir en haleine les spectateurs tout au long de la représentation qui a fait plus de 2 heures. Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, la colline qui mène sur les hauteurs du mont  Nkolnyada à Yaoundé n’a pas été un obstacle pour  amoureux du rire, fans des humoristes camerounais Valery Ndongo et Major Assé. C’est alors nombreux, qu’ils ont fait le déplacement du palais des congrès vendredi 13 juillet 2012. Le sourire béat, les mains sur les côtes, certains ont tellement ris qu’ils en ont pleuré durant le spectacle. Pour cette 6ème édition du « Stand up night show », les promoteurs de l’African stand up ont mis les petits plats dans les gros. Le premier à entrer en scène ce soir là, c’est un Valéry Ndongo très détendu en pantalon jeans bleu, chemise noire et une paire de baskets. Dansant au rythme d’une chanson de Charlotte Dipanda, il sera accueilli au passage par des cris de joie. Pendant une dizaine de minutes, il a revisité les guerres de leadership qui font actuellement ravages dans les pays africains, notamment les prises de pouvoir par les militaires.  Il sera suivi quelques minutes plus tard par son compagnon de scène Major Assé,. Tout de rose vêtu, il va se lancer dans un déhanchement terrible, les fesses pointées vers le haut sous un air de Makossa relevé.
Sur la scène, ils ont présenté six des 12 humoristes juniors de l’académie du projet dont ils sont à la tête. C’est ainsi que tour à tour, on a vu défilé Abdel Kader du Sénégal, Jeanne Mbenti alias bombe atomique de Douala au Cameroun,  Seka Ody de la côte d’ivoire, Béatrice Tchirbala de Garoua, Charlotte Ngo Ntamack de Yaoundé et Pastor Tobachi de la Guinée Equatoriale.  Ensemble, ils ont servi un moment de joie, de détente passant  en revue, les émeutes de Mokolo, les lettres de l’ex-ministre de l’administration territoriale Marafa Hamidou, les « mbenguistes », l’affaire du bébé volé, les gigolos, les gaffes de l’ancien président français, Nicolas Sarkosy, etc.
La surprise de la soirée, a été un Major Assé s’inspirant des faits politiques pour meublé son scketch. Maladroit et pas très habile, il n’a pas su captiver l’intérêt du public, habitué avec « La copine » nationale des dames. Et pourtant, en revisitant les faits de sociétés ainsi que l’actualité tant camerounaise qu’africaine, les deux compères ont  crée l’euphorie dans la salle.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer