CamerounChroniqueMusique

LE CLASH : la danse ou le judo ?

Le clash est une particularité du rap. Le rap qui de nature est violence. Et ceci n’est pas trop dire, ni même un fait du malheureux hasard. Car les premiers rappeurs étaient violents parce qu’ils vivaient dans un contexte de violence. Le rap était défini à l’époque comme : la rage de dire. Témoin cette affirmation de Salif : « tu veux savoir pourquoi je rappe sale, c’est parce que je viens des quartiers sales ».

Au départ le clash existait dans le rap, parce qu’il y’avait une vive opposition non pas entre les rappeurs, mais entre ces derniers et le système. « nique la police », « niquer le système » étaient des thèmes qui revenaient assez souvent dans les textes de ces poètes révoltés et rebelles. Le clash était vif entre ces deux parties. Les uns accusaient, les autres condamnaient. Pour preuve le groupe de Rap français LA RUMEUR était condamné dans les années 90 pour avoir dit : « nombreux d’entre nous sont tombés sous les balles de la police ».à leur suite NTM, SNIPER, MONSIEUR R et aussi YOUSSOUPHA… les pronoms personnels les plus utilisés chez les rappeurs étaient « eux » pour parler des politiques et « nous » pour parler des rappeurs.

Au fil du temps le rap a commencé à sortir des sous quartiers grâce à ces arrestations arbitraires, le show a ouvert ses jambes pour laisser pénétrer le bussiness. Deux camps ont vu le jour : le rap dit « conscient » et le rap dit « commercial » sont nés. Ces deux camps étaient opposés. Et s’échangeaient des disques et des titres de clashs.  Par la suite les têtes ont commencé à émerger entre les deux camps, l’égotripe est né, le pronom personnel le plus utilisé n’est plus le « nous » mais le « je ». Chacun veut être et se dire le numéro un, certains sont déclarés, d’autres s’auto proclament. Les clashs individuels sont voyaient ainsi le jour. Le clash devient direct, d’un artiste contre un autre. Les artistes se sont rendus compte que les titres les plus écoutés étaient les titres de clash, les maisons de disques se sont rendues compte que les disques les plus vendus sont des clashs, les journaux ont su que les numéros les plus vendus sont ceux qui peignent une opposition entre deux artistes.

Le clash ainsi s’est ainsi dénaturé, on est très vite quitté du judo à la danse. Certains artistes s’entendaient entre eux, pour s’échanger les clashs afin d’influer les ventes. Comme nous le rappelle S Pi, dans la compile « menace sur la planète rap », on sait tous que c’était un clash médiatique entre Sinik et Booba pour faire plus de frics. De même entre 50 cent et Kanye West…

Dès lors, les artistes qui voulaient se faire une place dans le show business, cherchaient à mettre sur le marché un titre à sensation. Pour attirer l’attention du public. Pourtant le clash à la base, était un grand moyen d’amélioration des artistes. Beaucoup de rappeurs camerounais ont grandi à cause des clashs qu’ils recevaient de part et d’autres. Le clash entraine l’émulation et le gout d’être toujours le meilleur. S’il y’avait à choisir entre le « big up » et « le clash », j’opterais pour ce dernier, tant qu’il n’arrive pas jusqu’à des agressions directes.

Le clash est devenu une tactique tacite, de se faire un nom, ou de récupérer le buzz qu’on a perdu. Si on dit que le clash est un jeu d’enfant, l’enfant c’est qui alors, celui qui attaque ou celui qui répond ? On dit vulgairement qu’on répond aux imbéciles par un coup de silence, alors celui qui répond à un clash peut aussi faire preuve d’idiotie. Car il n’y aurait pas clash, si une réponse ne suit pas une attaque.

Ken e Mot, nous a montré qu’il voulait faire parler de lui, et pour y arriver a trouvé un bon moyen. Mais au fil du temps on a compris que c’est dans son froc qu’il faisait pipi en croyant pisser sur le hip hop.  Les géo-maitres, ont fait preuve de novice en croyant aussi avoir le buzz par le moyen du clash, ils ont réussi, mais aujourd’hui à quoi ça les a servi, où sont ’ils ? Avec tous les instruments de mesure qu’ils avaient entre leurs mains ils n’ont pas pu calculer le temps qu’il faut à un artiste de profiter de son buzz ? Ndjomarr est allé même, clashé un non-hip hop, juste pour avoir le buzz. Kastra rappeur plein de talent a aussi su utiliser cette stratégie marketiste pour se faire connaitre. Il a compris que le talent seul ne suffit pas, et comme l’a dit Nick B, il faut aussi faire savoir ce que tu sais faire. Ici le clash en est le moyen adéquat. On a aussi assisté à plusieurs clashs au Mboa, mais des clashs froids et fermés, non déclaré, si non par les indics et les médias, comme celui entre Duc Z et Franky P, Krotal et je ne sais qui, Sultan Oshimin et Palesto…que ce soit pour les médias ou pour les artistes, le clash aujourd’hui c’est pour avoir le buzz.

Aujourd’hui personne ne peut nier le fait que c’est un clash stratégique entre Ivee et D.O.S, clash lancé par ce dernier, et arbitré par un Akouté Ramses qui est à la fois juge et partie. Posez-vous la question de savoir pourquoi ce clash arrive quelques semaines avant la sortie de l’album un-HUMILITE. La preuve c’est que ça commence à porter ses fruits, il a déjà fait naitre une chronique. Ivee connait la raison pour laquelle ce clash est lancé à ce moment précis, mais a voulu quand même répondre à la bêtise par la bêtise. C’est vrai qu’il faut parfois parler pour se faire entendre, mais le silence aussi parfois est grand.

C’est dire que de nos jours il n’existe plus de clash-judo, comme entre TU PAC et B.I.G, qui s’est terminé par des violences meurtrières. Les clashs de nos jours sont stratégiques et médiatiques. Pour se faire du beurre et l’argent du buzz. Le pire c’est qu’au Mboa, y’a-t-il vraiment de l’argent qu’on peut se faire avec le buzz ! Alors ne soyez pas surpris de voir Ivee et D.O.S se clasher sur « unity hip hop Kamer » et se retrouver le soir chez TH ou chez Dj Kriss, se moquer du public qui a gobé ce mensonge. Ils se clashent sans toutefois nous éclairer sur les motifs de leur désaccord. Alors ce n’est pas crédible, donc vous pouvez passer à autre chose les gars. Mais si ce clash est vrai, je pencherais pour celui qui représente les autres et leurs problèmes/ pas celui qui parle de lui comme s’il était en manque de thèmes.

On vu Kanye West et 50, se clasher le matin et compter leurs millions de dollar le soir, on a vu Booba clasher Diam’s le matin, et la faire poser pour Unkut le soir…beaucoup de clash ont commencé par le judo, et se sont terminés par la danse. Mais les MCs Kmer, commencent par la danse et terminent par le judo. C’est dire qu’ils n’ont rien compris. Le clash aide à unir et non à diviser.

Les jeunes au Cameroun ont besoin des gens pour les représenter, il n’y a plus de temps à perdre à se clasher comme si on avait tout écrit tout dit, sur tous les problèmes du pays. Consacrez vos talents à construire le mouvement et non à détruire ce qui n’a pas encore été construit. Le clash c’est le superflu, consacrez le temps, l’énergie, et le talent pour le nécessaire.

Et en plus, nous ne sommes pas dupes, tous ces clashs on n’y croit plus ce ne sont plus des tacles qu’ils se font, mais des passes et elles sont parfois décisives, le clash ce n’est plus du judo, c’est de la danse, Alors dansons !

« Ce n’est plus la mode de clasher pour le buzz » Kennedy

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer