CamerounComédie & HumourThéatre

Anniversaire : le théâtre du chocolat a 30 ans

Etoundi Zéyang, promoteur du Théâtre du chocolat (Tdc), a fait le point des trente années d’existence de sa troupe. «Trente ans c’est l’âge adulte», clame-t-il. Un âge qui a vu la troupe naître, dandiner, décoller, avant de connaître une évolution à deux vitesses. «On avait souhaité que le théâtre du chocolat tourne beaucoup plus en Afrique, mais c’est plutôt en Europe», admet l’homme de culture. Pour autant, «le bilan en Afrique et au Cameroun en particulier, c’est déjà d’exister» se console-t-il.

Créée en mars 1981 à Yaoundé, la troupe le Théâtre du chocolat n’a pour autant pas une existence totalement vierge. En dehors de ses activités nationales pas très en vue, la troupe a davantage participé aux festivals et autres rencontres internationales. Entre temps, Etoundi Zéyang a pu créer le Festival africain du théâtre de l’enfance pour la jeunesse (Fatej) et «qui est devenu l’un des grands festivals de la jeunesse», comme il l’admet lui-même. «Le nombre de spectateurs engrangés de par le monde, c’est un bilan qui parle de lui-même. Nous sommes partis de 12 spectateurs à pratiquement 2500 au quotidien. Malgré la pénurie, les difficultés, le théâtre du chocolat a pu tenir. C’est déjà bon». D’ailleurs, «nous ne pouvons plus jouer dans cette salle du centre culturel français», qui abrite la rencontre avec la presse et où a eu lieu la première représentation du Tdc un certain 24 juillet 1981. Plus important, «les enfants lisent déjà le spectacle au second degré», se félicite-t-il. Bref, «c’est des bilans incontestables qui parlent d’eux-mêmes», se félicite le créateur de Bobo et Mangetou, ces personnages qui ont fait la réputation de la troupe.

Associer le théâtre à l’éducation

Le plus important c’est que «maintenant, on marque un temps d’arrêt pour voir comment on va continuer dans l’avenir», déclare Etoundi. Avec cette fois-ci de nouvelles missions. Etoundi Zéyang voudrait profiter de l’occasion de cet anniversaire pour relancer le projet en terre camerounaise. Le chantier sur lequel le Tdc travaille actuellement étant d’«associer le théâtre à l’éducation. Le théâtre doit pouvoir concourir à l’éducation», clame-t-il. Mieux, «le théâtre doit concourir à développer la société démocratique, à ouvrir des voies pour une humanité partagée, à construire la personnalité, la pensée et la sensibilité de l’enfant». Par ailleurs, ajoute-t-il, «le théâtre doit proclamer sa différence qualitative, développer son éthique citoyenne et affirmer sa spécificité esthétique». Un rôle que le promoteur a observé ailleurs, mais pas du tout au Cameroun. Pas mieux que le Tdc a, selon Etoundi Zéyang, eu du retentissement plus ailleurs qu’au Cameroun où il est né. A cet effet, le père du Théâtre du chocolat souhaite que la célébration du trentenaire de sa troupe, mieux, le théâtre pour enfant, soit plus soutenu au Cameroun : «il est temps qu’une priorité politique lui soit accordée», souhaite-t-il.

En attendant, la troupe est sur la scène jusqu’à mercredi16 novembre prochain au Ccf de Yaoundé en signe d’hommage à cette salle qui l’a vue naître il y a trente ans.

source: lanouvelleexpression.info

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...