L’actu culturelle de la semaine vue par Visley Oyié - Culturebene
CamerounCinémaMusique

L’actu culturelle de la semaine vue par Visley Oyié

« Espoir 2000 », une machine à tubes…

Nous débutons avec l’arrivée au Cameroun du célèbre groupe ivoirien « Espoir 2000 ». Il faut dire que les camerounais les découvrent à la fin des années 1990 pour ne pas dire, début 2000. Ce groupe a pratiquement sorti des tubes à chaque fois, et a su imposer son style et sa musique sur la place internationale, donc c’est une bonne nouvelle qu’il soit dans nos murs, d’ailleurs c’est pas leur première en terre camerounaise. Le groupe est là pour la réouverture du night Club « SANZA », qui se présente comme l’un des plus fréquentés au pays. Outre son large répertoire, le groupe va également présenter son nouvel album qui se fait aussi connaitre progressivement ; donc c’est toujours avec grand plaisir que nous l’accueillons à chaque fois qu’il est sollicité ici.

Coco Argentée attendue au Tournant…

Il faut dire que nos artistes ne sont pas en reste. Là je vais parler d’une jeune artiste qui connait actuellement une ascension dont nous sommes tous spectateurs. Elle est arrivée avec un premier album qui d’une manière ou d’une autre révélait une belle carrière, et là elle nous revient avec son deuxième du genre intitulé « Trésor » au travers d’un spectacle ce samedi 19 avril. Il est vrai qu’elle est attendue au tournant, parce que quand on a fait un succès tel que « Nostalgie » (son premier album), certainement, les diffuseurs, les spécialistes, les fans et tout en attendent plus. Maintenant, on sait que Coco Argenté dans ce nouveau projet se veut encore plus mature avec la mise sur pied d’une compagnie, puisqu’elle a désormais son orchestre à elle, « La Compagnie argentée », et ce sera aussi l’occasion pour elle de dévoiler des images inédites (que les fans n’ont pas toujours vu à travers ses vidéos) à travers des documentaires, ce qu’on n’a jamais vu dans le cadre d’une sortie d’album.

Papillon : Le Maréchal reste MOT’A NGUNYA…

Je ne saurai continuer sans parler de Papillon Mot’a nguinya, qui a quand-même 25 ans de carrière musicale ; on pourrait peut-être lui reprocher un certain nombre de chose à ce monsieur, mais il faut reconnaitre qu’il a toujours été assez persévérant dans l’univers musicale. Pour l’occasion, il a tenu à célébrer avec des artistes locaux à la renommée incontestable à l’instar de Prince Eyango, mais la cerise sur le gâteau c’est la présence d’un certain Papa Wemba qui viendra souhaiter joyeux anniversaire au maréchal. Rappelez-vous qu’il y a 5 ans il fêtait son 20ème anniversaire, et c’est un Manu Dibango qui répondait présent à ce moment, donc pour vous dire que Papillon ne fait ppas les choses à moitié, c’est bien pour la musique, c’est bien pour les fans, surtout quand on sait que l’univers musical ne se porte pas très bien en ce moment au Cameroun.

MTV et KORA reconnaissent le talent camerounais…

On a très souvent décrié qu’au Cameroun il n’y ait pas une instance de consécration et qu’à un moment donné, chaque animateur se lève un beau matin et organise une cérémonie de récompenses mettant en avant des affinités et la proximité avec certains artistes en utilisant même des méthodes de chantages ; mais, vu ces structures reconnues à l’échelle internationale, et de surcroît ont déjà eu à célébrer de très gros artistes au succès planétaire, là je parle de MTV et des KORA du très respecté Ernest Adjovi qui ont eu un regard sur l’Afrique et particulièrement sur le Cameroun et nominant Stanley Enow aux MAMA (Mtv Africa Music Awards) et Mani Bella au Top 20 des KORA. Stanley Enow, il y a encore trois ans, on ne pouvait pas parier sur cet animateur de radio et de télé qui s’est soudainement découvert le talent de rappeur. Mani Bella aussi, cette jeune artiste camerounaise qui avait déjà commis un album qui l’a fait connaitre, mais est revenue avec un single qui fait en ce moment un carton sur la place nationale, tout le monde chante, aime, et adhère. C’est une reconnaissance des talents camerounais, quand on sait que la musique camerounaise avait du mal à s’exporter au-delà des frontières nationales. C’est très encourageant et on se doit de soutenir ça.

Fingon Tralala, une fierté nationale…

On va assister à la projection de son film « Qui est le Fou ? » qui est un peu le reflet de la société camerounaise qui de plus en plus est tournée vers des églises, on a accepté Jésus comme le sauveur de l’humanité et pour cela, chacun a décidé d’ouvrir sa petite chapelle, sa petite église… Donc là, Fingon Tralala entre dans cette logique-là en présentant ces faits de société. Fingon c’est ce comédien là que tout le monde a vu évoluer à travers la chaine Canal 2 International, excusez-moi du mot, « pas très propre du tout », mais qui au fil du temps a évolué, et c’est une très bonne chose. Aujourd’hui c’est un comédien international, mais qui est rentré au village, à la source comme on dit souvent, pour présenter ce changement, cette évolution. Il le fera du côté de la Place ST Josué, qui est une salle pour cérémonies de mariages, mais comme nous n’avons plus de salles de cinéma, il y projettera son film, pour le plaisir de ceux qui aiment le cinéma, ceux qui suivent sa carrière de près.

Enfin une salle de cinéma rouverte au Cameroun, mais pourquoi et pour qui exactement ?

C’est le ministère des arts et de la culture qui fait cette annonce ; il y aura bientôt une salle de cinéma fonctionnelle au niveau du sous-sol de l’immeuble du ministère de la communication. Vous savez que pendant plusieurs années le MINAC partageait le même immeuble avec le MINCOM… Bon disons que c’est une annonce de plus ; il y a deux ans on a assisté à ce type d’annonce là, qui était faite par AMa Tutu Muna en personne, qui soulignait l’imminente ouverture de deux salles, à Yaoundé et Douala, sauf que pratiquement deux années après, pas l’ombre de ces salles-là. Maintenant on parle de l’ouverture d’une salle au sous-sol du Mincom, cet espace sera certainement aménagé pour créer une salle de spectacles, sauf qu’aujourd’hui nous sommes dans une autre dimension et on est en droit de se poser les questions : La salle sera spécialement pour quoi ? La projection cinématographique ? Auquel cas, ce sera les films camerounais, ou bien nigérians (occupant actuellement le plus grand espace dans notre société, étant regardés fortement dans nos foyers), ou bien les films américains ? Il est question d’avoir une réflexion assidue sur la question des salles de cinéma. On est rendu à la 3D actuellement quand on parle de diffusion, les cinéphiles sont dans cet esprit de films parce qu’ils ont désormais un casque quand ils le regardent etc. Est-ce ce type de salle que la ministre et ses collaborateurs sont en train de mettre sur pied ? En tout cas on verra bien ce qui se passera; mais à quoi sert une salle de cinéma si réellement on ne met pas les acteurs, les réalisateurs, les monteurs en valeur pour que le Cameroun puisse briller aussi par sa culture grâce au cinéma comme c’est le cas aujourd’hui du Nigéria avec Nollywood », il est devenu la première économie africaine. Ça veut dire qu’il y a une politique culturelle véritable de ce côté, il y a des consommateurs, pourtant chez nous, la politique culturelle n’est pas efficace du tout.

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité. Notre survie en dépend :)