Princesse Léo : « Dans mon nouvel album, je construis Ici pour soigner Là-bas ». - Culturebene
CamerounClin d'oeilInterviewMusique

Princesse Léo : « Dans mon nouvel album, je construis Ici pour soigner Là-bas ».

Princesse Léo, qu’est-ce qui vous emmène au Cameroun ?

Il est déjà important que l’on sache que Princesse Léo est une camerounaise d’origine. C’est vrai, je vie en France, à Lyon pour être précise. Je suis au Cameroun pour la promotion de mon nouvel album Ici Là-bas.

Et comment ça évolue ?

Disons qu’on a commencé le travail il y a tout juste quelques jours, et j’ai eu la chance de tomber sur l’équipe de Karfour qui s’occupe de cet album sur place. Ensemble nous avons peaufiné le clip du titre Mbala qui sera bientôt diffusé sur les chaines de télévision locales ; il faut avouer que c’est le titre que les camerounais ont choisi, car le titre phare c’est Ici Là-bas, mais vous savez le public est roi (rires).

Et c’est quoi MBALA ?

Le Mbala c’est une danse de chez nous dans le Mbam (Bafia). C’est vrai qu’ici il est un peu spécial car nous l’avons remixé avec du Ban Skin, donc c’est du Mbala-Skin.

C’est cette coloration que comporte l’album dans son entièreté ?

Disons que oui ; cet album dégage ce que je suis multi culturellement parlant, car j’ai un peu d’Ewondo, d’Eton et de Douala en moi. Dans Ici Là-bas je parle de cette femme qui est partie de chez elle pour rejoindre l’Europe avec toutes les réalités que cela comporte. Alors je prends un peu de chez nous pour emmener de côté-là et un peu de là-bas pour ramener chez nous.

Avant Ici Là-bas, il y a eu Renaissance ; parlez-nous-en succinctement…

Oui, mon tout premier album s’intitule Renaissance et est sorti en 2009. Cet album a une forte coloration Reggae. Je suis une adepte du Reggae et j’ai en quelque sorte créé un style Reggae-Béti, ma façon à moi d’injecter un peu de ma culture Béti dans du reggae. Contrairement à ce que pensent certains, le reggae ressemble beaucoup aux rythmes africains. Quand on prend des instruments comme le Nayambigui qui est la base du reggae et que vous le comparez au Minkul e minbè, il y a similitude.

Mais cet album reste méconnu, c’est quoi la raison ?

Disons que je n’ai pas fait de promotion du tout. Cet album est juste sorti sur internet, si vous vous rendez sur MySpace vous le trouverez. Mais dans le nouvel album vous retrouverez deux titres qui font partie du premier à savoir Mama Africa et Reggae Béti.

On revient à Ici Là-bas pour évoquer une chanson qui vous marque particulièrement…

Oui il s’agit du titre Message, où je « big up » mon frère qui s’est fait amputer une jambe ; alors j’y ai mis de l’ambiance afin qu’il puisse véritablement s’éclater et se dire : « Malgré ce handicap, je célèbre la vie, je suis resté moi-même et je veux m’amuser ». Mais il y a aussi le titre Nlang où je raconte mon histoire sans tabou, où je m’ouvre véritablement aux mélomanes. Pour un vrai transfert d’émotion, je l’ai voulu soft et slow. Sans oublier le titre S’il existe un paradis, j’y rends hommage à mon petit-frère décédé, Joël, malheureusement j’ai pas pu être à son enterrement, alors je lui dis, s’il existe un paradis, je l’y rejoindrais.

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité. Notre survie en dépend :)