Enfin diplômé de Harvard, Mark Zuckerberg plaide en faveur du revenu universel - Culturebene
InsideLight On

Enfin diplômé de Harvard, Mark Zuckerberg plaide en faveur du revenu universel

Le fondateur de Facebook a reçu jeudi un diplôme honorifique de la grande université américaine. A cette occasion, il a prononcé un discours à forte tonalité politique.

Mark Zuckerberg est l’un des anciens élèves de Harvard les plus célèbres au monde. Mais, paradoxalement, il n’en était pas diplômé. L’erreur est désormais réparée : le fondateur de Facebook a reçu jeudi à titre honorifique son diplôme de l’université du Massachusetts, treize ans après l’avoir quittée.

Le jeune homme avait créé le réseau social sur le campus en 2004, aidé de quelques amis. D’abord destiné aux étudiants de Harvard, Facebook s’était ensuite étendu aux autres universités américaines, avant de devenir accessible au grand public en 2006.


Devant le succès grandissant de sa jeune pousse, Mark Zuckerberg avait décidé – au grand dam de sa mère – d’abandonner prématurément ses études afin de s’y consacrer à plein temps. Il ne devait pas le regretter : en un peu plus d’une décennie, Facebook s’est hissé parmi les géants de la tech. Le réseau social revendiquait près de 2 milliards d’utilisateurs actifs par mois au début de l’année 2017.

Cette épopée entrepreunariale 2.0 a même fait l’objet d’un film (“The Social Network”) réalisé en 2010 par David Fincher, dont le récit a été contesté par le principal intéressé…

Plaidoyer pour le revenu universel

Le retour à Harvard de l’ancien étudiant prodige était par conséquent fortement attendu. Après avoir reçu son diplôme honoris causa de docteur en droit, l’ancien étudiant en informatique et en psychologie a prononcé un discours d’adieux aux diplômés de 2017.

Il en a profité pour délivrer un message à forte tonalité politique. “C’est au tour de notre génération de construire de grandes choses”, a-t-il expliqué, rappelant qu’il était du même âge que la plupart des jeunes qui sortent de l’université. Invitant les “millennials” à mener à bien leurs projets, le milliardaire de 33 ans a ensuite dénoncé le creusement des inégalités sociales aux Etats-Unis. “Il y a quelque chose qui dysfonctionne dans notre système quand on voit que je peux partir d’ici et gagner des milliards de dollars en 10 ans, pendant que des millions d’étudiants ne peuvent même pas rembourser leurs prêts”, a-t-il déploré.

Fort de ce constat, il s’est ensuite prononcé en faveur du revenu universel de base . Ce système, a selon lui, le mérite de permettre à ses allocataires d’avoir “une assise pour essayer de nouvelles idées”.

Le chef d’entreprise, qui est également l’un des plus grands philanthropes de la planète , a enfin estimé que sa génération devait définir un “nouveau contrat social” ne se mesurant pas uniquement “grâce à des indicateurs économiques”, mais en fonction de “comment chacun d’entre nous peut trouver un rôle ayant du sens” dans la société.

Ce discours publié in extenso sur la page Facebook de Mark Zuckerberg a rencontré un écho important. Quelques heures après sa mise en ligne, il avait été “aimé” par plus de 91.000 personnes et abondamment partagé.

@Lelievre_Adrien

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer