A la uneInside

Lady Ponce : « Le coronavirus est devenu un vrai fond de commerce dans nos hôpitaux, arrêtez avec le trafic de corps! »

Lady Ponce ne voit pas d’un bon œil, la gestion de la pandémie du Coronavirus dans les hôpitaux du pays. Elle a ainsi décidé de dénoncer le « business » qui se fait autour de cette maladie.

Suite au décès de l’épouse de son neveu, la diva du Bikutsi parle avec certitude d’un certain nombre de choses qui selon elle, se passent actuellement dans les formations sanitaires. Ne comprenant pas comment l’épouse de son neveu qui était hospitalisé pour infection pulmonaire, à sa mort est déclarée plutôt décédée des suites de Coronavirus, elle s’interroge.

« Sur un coup de tête nous quittons d’une infection pulmonaire sans jamais avoir mentionné le corona pour un cas de coronavirus? Où sommes-nous là? Veut-on dire qu’on est dans un pays dans lequel on est hospitalisé pendant plus d’un mois pour une maladie donc les factures et les médicaments sont payés par la famille, et on meurt d’une autre maladie dont aucun symptômes n’a été déclaré à la même famille? »

Par ailleurs, Lady Ponce se demande pourquoi la défunte n’a pas été isolée durant son hospitalisation ? Et pourquoi elle avait le droit de recevoir des visites ?  « Pourquoi c’est son cadavre qui doit être bloqué pour des motifs de protection ? Je dis stop… Le Coronavirus est devenu un vrai fonds de commerce dans nos hôpitaux. Arrêtez avec le trafic de corps. Jusqu’où ira cette escroquerie organisée ? Le nouveau business est né au Cameroun. Plus les hôpitaux déclarent des cas de Coronavirus, plus ils ont des primes… »

Elle dénonce ainsi une mafia qui existe selon elle et détruit les malades. « Aujourd’hui les gens préfèrent même se soigner à domicile de peur de se faire déclarer positif au Coronavirus par simple mensonge », a-t-elle conclut.

Que pensez-vous de cette sortie de la diva ? Nos condoléances à toute sa famille en deuil !

Commentaires

0 commentaires

Danielle NGONO

Rédactrice chez Declik Group

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer