CamerounInside

Accusé par Valsero d’être en partie responsable du massacre de Kumba, Steve Fah avec “humilité” accepte les torts qui lui sont reprochés

Alors que les cris des enfants lâchement assassinés à Kumba, samedi 24 octobre, résonnaient encore dans la tête des camerounais, de nombreuses réactions ne cessaient de se succéder. Ainsi, dans une vidéo partagé sur les réseaux sociaux, le rappeur Valsero pointait du doigt l’influenceur Steve Fah, l’accusant d’être en partie responsable du carnage de Kumba.
 
24 heures après cette journée triste qui restera à jamais gravé dans les mémoires des camerounais, le rappeur Valsero a publié une vidéo d’environ 5 minutes, dans laquelle il accuse Steve Fah d’être en partie responsable du massacre de Kumba. On se souvient que, en début de cette rentrée scolaire, Steve Fah s’était rendu au nord-Ouest. Dans une vidéo, il avait ainsi rassuré les populations de la sécurité qui y régnaitIl était donc loin d’imaginer ce qui allait arriver quelques semaines plus tard’.
“Je t’ai vu dans une vidéo envoyer les enfants camerounais à la mort.Tu es dangereux, tu es un virus, tu es l’expression même de la zombification. Si on cherche l’authentique camerounais hypocrite, ingrat, égocentrique et surtout dangereux pour son prochain, c’est toi frère. Je n’arrive pas à te haïr… pour toi j’ai juste de la pitié, une pitié profonde”, a dit Valsero.
 

Des paroles dures qui n’ont pas laissé Steve Fah insensible. En réaction, il a fait preuve d’humilité. Tout d’abord, l’influenceur camerounais a accepté toutes les allégations de Valsero. 

“Bonsoir papa, malgré la douleur qui m’accable depuis hier, j’ai pris la peine de regarder cette vidéo pleine d’émotion ! Oui je l’accepte, c’est en représailles à la vidéo que j’ai fait dans le Nord-Ouest (kumbo) que ces “égorgeurs” ont lâchement ôté la vie de ces élèves à Kumba (Sud-ouest). Oui papa, j’accepte aussi que c’est de ma faute si les enfants meurent à l’extrême-Nord car étant habitué à risquer ma vie pour montrer à mes compatriotes les réalités du terrain, j’ai été à kolofata, kerawa et même Goshi (Nigeria) au plus fort de la guerre contre Boko Haram”, a écrit Steve via sa page Facebook.

Dans la suite de son propos, Steve a recadré les faits.

“Mais laisse moi te faire remarquer quelque chose papa : pour la vidéo de la rentrée dans le Nord-Ouest, le BIR cherchait des gens pour aller vivre les réalités de cette rentrée et bizarrement il n’y avait pas trop de candidats car tous préfèrent juger le travail des autres dans le confort de leurs canapés douillets. Sais-tu papa que seul ton fils et Equinox télévision sont allés couvrir cette rentrée telle que tu l’as vu ? Laisse un peu tes considérations politiques et réponds à cette question papa : as-tu vu les images d’equinox par rapport à la rentrée dans les endroits où j’étais ?
Papa j’étais avec Equinox tv, on a tiré sur nous et je l’ai montré pour dire que ça ne va pas, on a souffert ensemble et au final, Equinox et moi avons montré les mêmes images d’une rentrée effective à Nkambe et pas totalement effective dans d’autres endroits ! Nous étions fiers de montrer ces mignons enfants aller à l’école après plusieurs année de disette… Alors papa si j’étais vraiment ton fils, tu saurais que mes intentions ont toujours été saines et que je n’ai jamais reçu de l’argent pour faire un travail qui n’a pas pour finalité de servire ce peuple qui me soutient et qui m’a élevé ! Papa stp quitte souvent le confort de Facebook et va affronter ces visages d’enfants sans avenir sur le terrain, tu comprendras que les œuvres de ton fils sont d’inspiration divine… “
“Je t’aime papa… j’aime aussi tous ces gens que tu pousses à me détester !
Je serai à ton concert promis, reserve moi une place au premier rang quelque soit le prix. #NOUS_SOMMES_TOUS_KUMBA ��������” a-t-il clos son propos.

Commentaires

0 commentaires

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux:

📸 INSTAGRAM: https://instagram.com/culturebeneofficiel
🌐 FACEBOOK: https://www.facebook.com/culturebene
🐤 TWITTER: https://twitter.com/culturebene
📩 EMAIL: culturebene@declikgroup.com
Afficher plus

Danielle NGONO

Rédactrice chez Declik Group

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page