A la uneCamerounLitterature

Le prix Goncourt 2020 est connu

Ce lundi 30 novembre 2020, l’académie Goncourt a remis le prestigieux prix littéraire français. et c’est Hervé le Tellier qui est le lauréat de l’édition 2020 avec son roman “L’Anomalie”. Arrivée dans le dernier carré des finalistes, l’écrivaine camerounaise qui, selon le “Figaro” était placée en pôle position grâce à son œuvre littéraire “Les Impatientes”, n’a pas démérité.

Quasi inconnue dans les milieux littéraires occidentaux il y a encore quelques mois, Djaïli Amadou Amal s’est révélée grâce aux Impatientes, une fiction inspirée de faits réels qui met à nu les violences protéiformes que subissent les femmes dans la région du Sahel. Du mariage forcé au viol conjugal en passant par le harcèlement moral, la polygamie et les violences physiques, elle n’a rien omis, rien évacué de ces sévices qu’elle a, elle aussi, en partie supportés.

Source d’inspiration de « Les Impatientes »

En effet, née d’un père Camerounais et d’une mère égyptienne, Djalil Amadou Amal a été contrainte à un mariage forcé avec un quinquagénaire qu’elle ne connaissait pas, en 1992, alors qu’elle était à peine âgée de 17 ans. Elle a alors subi les pires sévices d’un mariage de ce type. Et, c’est cinq ans après que, bravant toutes les difficultés, elle parvient à divorcer de cet homme qui lui a été imposé.

Malheureusement, son calvaire ne s’arrête pas à ce niveau. Dix ans plus tard, elle se remarie mais est victime de violences conjugales. Alors qu’elle parvient à s’échapper de l’emprise de son second mari, ce dernier kidnappe ses deux filles pour la faire revenir. Dans le même temps, elle s’accroche pour terminer un BTS en gestion, seules études que son époux l’a autorisée à suivre, même si elle admet qu’elle aurait préféré faire des études littéraires.

Son salut, elle le trouvera dans la littérature. D’abord la lecture, qui lui permet de s’évader. Elle dévore les livres de l’autrice sénégalaise Mariama Bâ ou du Malien Seydou Badian Kouyaté, avant de prendre la plume, pour pouvoir dire ce qu’elle ressent.

Djaïli Amadou Amal a publié 3 livres: “Walaande, l’art de partager un mari (2010); Mistiriijo; la mangeuse d’âmes (2013); Munyal; les larmes de la patience (2017).

Amal reconnaissant pour le soutien à lui apporter

“Depuis ma présélection, le 15 septembre dernier, au prix Goncourt, le prix le plus prestigieux de la littérature française, j’ai vécu à ce jour des moments les plus haletants et des plus exceptionnels de ma vie littéraire. Une campagne qui m’a portée, étape de sélection après étape, à l’ultime marche historique pour la littérature camerounaise et africaine. Je remercie mon éditeur

Emmanuelle Collas Galaad

et toute son équipe, ainsi que tous celles et ceux, de part le Cameroun, l’Afrique et le monde, qui m’ont accompagnée et soutenue dans ce périple O combien éprouvant mais exaltant. Ensemble nous avons écrit une page historique de la littérature camerounaise et africaine, qui est surtout la reconnaissance du combat central de mes convictions littéraires dévolues à la femme, mère de l’humanité. Ensemble nous avons porté l’espoir dans une nouvelle dimension, l’espoir d’un lendemain meilleur pour non seulement la femme, mais pour l’humanité entière. La flamme que nous avons allumée ne s’éteindra pas !

J’exprime par la même occasion une pensée à tous ceux et celles qui m’ont soutenue dans mon parcours, ainsi qu’à mes devancier(e)s, ces noms de la littérature africaine et internationale qui m’ont inspirée et qui, d’une façon ou une autre, ont forgé ma carrière d’écrivaine”, a-t-elle écrit sur sa page Facebook il y a quelques heures.

 

Commentaires

0 commentaires

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux:

📸 INSTAGRAM: https://instagram.com/culturebeneofficiel
🌐 FACEBOOK: https://www.facebook.com/culturebene
🐤 TWITTER: https://twitter.com/culturebene
📩 EMAIL: culturebene@declikgroup.com
Afficher plus

Danielle NGONO

Rédactrice chez Declik Group

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page