A la uneCamerounLifeStyleMode

Kareyce Fotso raconte l’histoire du ndop: “Le Ndop n’est pas un tissu pour monsieur tout le monde”

Dans un message posté sur sa page Facebook, la chanteuse camerounaise, Kareyce Fotso a décidé de faire connaitre au citoyen lambda, le caractère sacré du Ndop, un tissu traditionnel issu de la partie Ouest Cameroun.

La chanteuse et conservatrice des valeurs ancestrales de son Ouest natal déclare que le Ndop semble être devenu un tissu vulgaire chez les personnes qui le convoite. Elle parle ainsi des origines de cette tenue: “Le Ndop n’est pas un tissu pour Monsieur tout le monde. Car depuis des générations, son usage n’est réservé exclusivement que pour les familles royales, les notables et les Sociétés  secrètes”. Une idéologie connue du public qui, semble faire abstraction de cette dernière sous prétexte de l’effet de mondialisation.
 
La deuxième au prix découverte RFI 2009, rappelle ainsi “quiconque porte un vêtement à base de Ndop est accompagné par des esprits des ancêtres. Et celui qui porte sans en être digne, pourrait être frappé par les esprits, d’où le caractère mystique de ce tissu, C’est la raison pour laquelle, la transmission de ce tissu se fait de génération en génération ou à la suite de certains rites initiatiques pour accéder à une société secrète.”
 
Selon Kareyce, le port du Ndop n’est donc pas un geste anodin. Il peut être arboré pour des funérailles, des Rites, des deuils et sert parfois de décoration pour les loges. Ainsi, même si le Ndop doit être porté par tous, la princesse de l’Ouest invite le public à ne pas renier son histoire qui devrait être racontée aux futures générations.

Commentaires

0 commentaires

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux:

📸 INSTAGRAM: https://instagram.com/culturebeneofficiel
🌐 FACEBOOK: https://www.facebook.com/culturebene
🐤 TWITTER: https://twitter.com/culturebene
📩 EMAIL: culturebene@declikgroup.com
Afficher plus

Danielle NGONO

Rédactrice chez Declik Group

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page