L'acteur Charles Nyatte est decedé - Culturebene
CamerounCinéma

L’acteur Charles Nyatte est decedé

Il était à Yaoundé pour le tournage de la nouvelle série télévisée de Serges Alain Noa intitulée « Harraga, les brûleurs de frontières », dont le premier clap a été donné samedi dernier. Son décès survient seulement  à quelques jours de la série qui compte une trentaine d’épisodes. Pour André Majors Akoa, régisseur sur le plateau, « c’est une véritable surprise. Nous avons blagué comme d’habitude. Très habile, il avait passé au peigne fin son texte et n’attendait que son jour de tournage».  C’est d’ailleurs ce dernier qui a eu le courage d’annoncer la triste nouvelle.

Serge Alain Noa, le réalisateur et Elisabeth Kounou la productrice muets, ont depuis lors perdu leur latin. Ils n’en reviennent certainement pas après cette nouvelle. Sur le plateau sis au quartier Efoulan,  ils ne trouvent aucune véritable explication à cette disparition subite. Samedi dernier, le clap de lancement a été donné et il devrait incarner le  père d’un immigré qui a décidé d’aller trouver vie ailleurs, bravant  tous les risques qui s’opposeraient à son projet. C’était la deuxième distribution dans les films de Serge Alain Noa. Il avait magistralement interprété aux côtés de la ravissante Tony Bath Atangana,  le personnage de Daniel Alega, un fonctionnaire véreux ayant détourné les deniers publics  et  qui se cache sous le pseudonyme de  Akinopoulos, pour échapper à la justice dans le film « le Don involontaire » de Serge Alain Noa. Il signait par l’occasion son come-back, vingt ans après « Japhet et Ginette », le téléfilm réalisé par Daouda Mouchangou sur la Crtv, où il formait avec Joséphine Ndagnou un couple exceptionnel.

Calme et très réservé, Charles Nyatte était une figure de proue de la comédie camerounaise. Créateur de la troupe  théâtrale les Tréteaux d’ébène en 1969, qui a vu passer les artistes de talents tels Essindi Mindja, il a activement participé à l’âge d’or du théâtre camerounais dans les années 70 en signant plusieurs mises en scène. A ce titre, Ambroise Mbia, un de ses compagnons de la scène lui a déroulé le tapis rouge lors de la 16e édition des Rencontres théâtrales internationales du Cameroun (Retic) en 2007, où pendant plus de dix jours, il a pu échanger avec les jeunes comédiens. Mais surtout, il a expliqué les enjeux dans les rôles de comédiens aussi bien au théâtre qu’au cinéma.
Sa carrière au cinéma n’a pas eu assez d’épaisseur. On peut cependant  citer « Notre fille va se marier » de Daniel Kamwa  réalisé en 1980 avec comme acteurs, Nicole Okala, Daniel Kamwa, Stanislas Awona, Elise Atangana, Berthe Mbia, Florence Niasse, Lucien Mamba et bien d’autres.


Fonctionnaire, il a occupé plusieurs responsabilités au sein du ministère de l’Information et de la Culture de l’époque avant son départ à la retraite en 1991. Libre de tout engagement, il s’est retrouvé dans la communication comme directeur de Cauris Fm, une radio émettant à Douala.

source: camerpress.net

Commentaires

0 commentaires

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer