InsideLight OnPeopleStars & People

Mireille Grace Ambang Ndjock, toute une vie entre sport, musique et télévision

Plurivoque, opiniâtre, simple et parfois discrète, Mireille Grace Ambang (M.G.A) a su se faire une petite place dans un monde trop grand, où chaque erreur est amplifiée et le moindre geste sujet aux préjugés ; bon an mal an, loin de se regimber, elle tient bon et son épanouissement se résume en quatre mots : Sport, musique, télévision et cinéma. Secrétaire de production à STV (Spectrum Tv), Mireille peut encore tout espérer de la vie, tant elle a su braver les obstacles que le futur ne peut que s’annonce radieux. Divorcée et mère de quatre mignons gosses, voici l’histoire d’une autodidacte qui n’a rien à envier à personne…

Ex Footballeuse, c’est à Belabo (Est- Cameroun) qu’elle tape dans un ballon pour sa première fois, encouragée par l’encadreur Njeya René. Férue du sport et amoureuse de défis, elle avoue avoir une très forte personnalité depuis son enfance : « J’ai toujours voulu faire comme un homme ». Elle a alors le choix entre le Canon fille, ou un club d’une entreprise forestière, mais mal lui en a pris quand elle se mesurait à des garçons lors des championnats jeunes où l’on retrouvait des équipes mixtes. Mireille préférait se frotter aux garçons et un jour, ces derniers n’appréciant pas son audace, vont finir par lui casser le tibia droit. C’est comme ça qu’elle se retrouve au Hand-ball, puis s’intéresse au Karaté, au Judo et aussi au Nanbudu. A l’poque, son professeur d’EPS Jean-Paul Akono (des années après va devenir sélectionneur national) lui donne comme conseil d’arrêter la pratique des arts martiaux de peur de se déformer. Au lycée d’Anguissa, elle est capitaine de l’équipe et ses performances traversent son établissement ; elle se fait remarquer par le Proviseur du Lycée de Nkolndongo M. Edzoa (quelques années après est devenu ministres des sports), qui recrutait des jeunes athlètes de plusieurs établissements aux fins d’engranger le maximum de trophées. Mireille se souvient qu’à l’époque elle séchait les cours pour aller jouer, et dans sa bande on retrouvait un certain Marc Vivien Foé, qui lui allait jouer au foot tandis que notre amie elle, se rendait au hand : « On sautait les barrières pour aller jouer ; c’était l’époque de folie », se marre-t-elle. Puis quelques années plus tard, en 1996, elle se marie et tout change dans sa vie. Même son contrat avec le Tonnerre Kalara Club s’envole : « J’avais un mari super jaloux, qui a refusé que je signe mon contrat avec le TKC », regrette-t-elle alors. C’est ainsi que prendra soudainement fin sa carrière sportive. Mais M.G.A. peu se donner à son autre passion, la musique. Il faut dire que c’est depuis 1991 qu’elle y est immergée et en 1994, sa rencontre avec Odile Ngaska constitue un tournant décisif pour la suite ; avec Kembe Pessock, elle affute son vocal en prenant des cours de chants, et concomitamment elle accompagne pas mal d’artistes dans leurs projets respectifs. Il faut alors attendre cinq bonnes années (1999) pour voir sortir son propre projet, Ouvres ton cœur à la Vie, dont l’initiateur est Georges K. et où elle fait un duo avec Clarisse Alégué (aujourd’hui installée aux Etats-Unis). En une soirée, près de mille disques ont pu être écoulés… Depuis, elle a en projet de sortir un maxi single.

Mireille Grace Ambang est aujourd’hui divorcée, mère de quatre enfants dont trois garçons et une petite fille. Quant à sa carrière professionnelle, la belle n’a souhaité entrer dans les détails : « A STV j’occupe le poste de secrétaire de production, mais à bien regarder, je fais beaucoup plus dans l’assistanat de production. Euh, je ne vais pas me mettre à révéler certaines choses alors je préfère les garder pour moi. Je suis chargée de faire le planning de tous les techniciens, ainsi que les budgets des programmes de la chaine, sans oublier le volet secrétariat, bref, pas mal de boulot, outre les présentations d’émissions ». N’ayant aucune formation journalistique, c’est son abnégation, sa forte détermination et son fort caractère qui lui ont permis de gravir un certain nombre de paliers jusqu’ici. En 2011, alors que l’équipe de production de Good Morning Cameroon est en congé, le programme est suspendu et c’est le BlackOut pour M.G.A. Elle va néanmoins poursuivre ses missions administratives dans la chaine, mais se consacrera également au Cinéma, une autre vocation qu’elle se découvre. C’est ainsi qu’elle va travailler pour la réalisation du film WAKA de Françoise Ellong comme Script superviser. La belle poursuit d’ailleurs sa collaboration avec la jeune réalisatrice dans ses nombreux projets en tant que chargée de production : « Je ficèle des budgets des films, en Euro pas en Cfa », précisera-t-elle.

Les débuts à STV

Mes débuts de MGA à STV remontent à la création de la chaine en 2004 ; grâce à l’entremise d’une amie et aînée, Nina Engo (à l’époque travaillait à Mtn) qui avait des affinités avec le boss de la chaîne. Il fallait alors créer une émission c’est de là qu’est née Cultural Flavour. C’était des reportages sur les Chefs de village, une sorte d’incursion dans des localités qui consistaient à entrer plus dans le cadre intime de leurs Chefs. Amorcé en Juin 2004, le programme a pu parcourir sept provinces. Y ayant fait ses preuves, STV fait des propositions à MGA et c’est ainsi qu’elle commence comme contractuelle. Une beau matin de décembre 2004, le feu Lulu Favour Efanguè lui fait part du lancement de la matinale Good Morning Cameroon sur la chaine et sollicite ses services dans le cadre des reportages. Amoureuse des challenges, elle dit OUI et c’est ainsi qu’en Janvier 2005 elle arrache une place de reporter dans l’émission, en plus d’être assistante de production. Elle finie par décrocher un contrat en tant que Production secretary and musical presenter. Mireille va plus tard se lancer dans une nouvelle aventure, et créée le programme Ecclectik qui promouvait le Gospel à 100%. Au cours de celui-ci, la présentatrice recevait des artistes mais chantait également, et y diffusait des vidéogrammes Gospels…

Le retour sur le petit écran

Il y a quelques mois, Solange Kiki Beyala qui venait d’accepter une proposition de la chaine pour un 10-12 (10h -12h), The Rendez-vous, décide de s’attacher les services de M.G.A dont le dynamisme et la maitrise de la production ne lui ont jamais échappé. Mireille qui ne souhaitait plus revenir à l’écran (se sentant désormais épanouie dans le cinéma et devant son clavier pour ses nombreux posts facebook), va finalement dire OUI en tant que co-présentatrice depuis le 21 Mai 2014. Elle y livre des astuces et fait le tour des marchés pour mieux étayer les ménagères.

Une internaute active

Internaute très active, sa page Facebook est mise à jour régulièrement et elle y partage des astuces sur la santé (diète) : « Je poste énormément sur facebook parce que c’est une plateforme où l’on peut s’exprimer sans toute fois verser dans la vulgarité ; bref elle me permet de partager des conseils qui pourront aider les gens notamment pour leur santé, car j’ai fait le triste constat qu’on mangeait mal chez nous, on a une très mauvaise culture de la nutrition au Cameroun et en Afrique en général. C’est plus des bourratifs. Nous prenons aussi énormément de médicaments qui pourtant ont très souvent un retour désagréable », notera-t-elle.

Chrétienne avertie, elle finira par le Philippiens 4 : 13  « Je puis tout par celui qui me fortifie », un passage qui jusqu’ici lui a permis de remporter tout ses combats, d’où ce conseil à la jeunesse : « Ne restez pas sur place à ne rien faire, osez, ayez comme ami la volonté et surtout ne vous découragez jamais car le meilleur est toujours à venir… »

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer