Paul Biya demande des explications à Amadou Vamoulké - Culturebene
CamerounInsidePolitique

Paul Biya demande des explications à Amadou Vamoulké

Jeudi, 14 novembre dernier à Douala. Paul Biya doit procéder à la pose de la première pierre sur le 2ème pont du Wouri. Son arrivée dans la ville de Douala, tout comme bien d’autres séquences de sa tournée, échappent aux techniciens de l’office de radiodiffusion et télévision camerounaise (Crtv). Le salut de la retransmission en directe viendra du signal de la chaîne de télévision Canal 2. Il en sera de même pour la journée de samedi. Les images montrant le départ de Paul Biya, pour l’aéroport de Douala seront également celles de la chaîne Canal 2. Charles Ndongo, le directeur de l’information à la Crtv-télé, reconnaît la force de frappe de la chaîne de télévision privée concurrente. Malgré le zèle et la petite mégalomanie qu’il en rajoute en parlant d’images approximatives. Ces autres dysfonctionnements, balbutiements, ratages et imperfections qui tendent à s’enliser dans le parc technique et informatique de la Crtv, viendront renforcer la colère du président de la République.

Des sources bien informées soutiennent que le chef de l’Etat aurait une fois de plus saisi Ferdinand Ngoh Ngoh, le secrétaire général de la présidence de la République, pour en savoir sur les résolutions et l’état de lieux ; suite à une enquête qu’il a ordonnée concernant le grand malade qu’est depuis longtemps devenu la tour d’aluminium de Mballa II. A nouveau interpellé et secoué par le mécontentement de Paul Biya, le Premier ministre, Philémon Yang, a, à son tour tiré la barbichette du ministre de la Communication et Pca de la Crtv. A la va-vite, pour mettre un terme à l’inertie et l’indolence qui commençaient à s’enliser, Issa Tchiroma a convoqué jeudi dernier, une session marathon du conseil extraordinaire de l’office de radiodiffusion et télévision camerounaise. La session qui s’est achevée à 23 heures, a regroupé toute l’expertise de l’office. Celle-ci a passé au peigne fin, les différents rapports des commissions mises sur pied.

De la lecture critique du malaise, des grands maux et dysfonctionnements qui, à défaut de paralyser, réduisent l’éclat et l’épanouissement de la Crtv de Amadou Vamoulké, des recommandations, ont été prescrites. Cette semaine, le ministre de la Communication, via le Premier ministre doit faire acheminer le rapport à la présidence de la République. « Si le président de la République a demandé de saisir le Pm au lieu du Mincom, c’est dire l’attention qu’il accorde à cette affaire » clame un membre du conseil.

La colère de Biya contre Vamoulké

Il y a quelques mois, se souvient-on, le directeur du cabinet civil de la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou, avait sévi ; en servant une demande d’explications au Dg de la Crtv. Amadou Vamoulké, devait donner les raisons du brouillard, sinon, la mauvaise qualité de la retransmission du discours prononcé par le chef de l’Etat, Paul Biya, à l’occasion de la cérémonie de la pose de la 1ère pierre du barrage de retenue d’eau de Lom Pangar : y compris la retransmission en directe de sa descente d’avion dans la région du soleil levant. Plusieurs autres ratages en termes de la retransmission en direct de certains matches de football (Cameroun-Togo par exemple). A cela s’ajoutent des images floues, une sonorisation inaudible et techniquement non aboutie. « Il n’est pas normal que l’image de marque du chef de l’Etat soit régulièrement écornée à la télévision. Surtout quand cette « négligence » vient de la télévision du président. Si on commence à censurer Paul Biya dans « sa télévision » c’est grave », explique très remonté, un ponte du Renouveau.

D’autres sources affirment que le chef de l’Etat, est retourné contre Amadou Vamoulké, parce qu’il ne voit pas ce dernier, manifester par sa présence à ses cotés, un intérêt pour lui (le grand manitou). « Le Dg de l’office de radiodiffusion et télévision d’Etat, est trop distant du président de la République. Le chef de l’Etat aimerait bien lui parler, lui souffler un mot à bâton rompu. Mais il n’est toujours pas là au bon moment ; ce qui fait croire à de la désinvolture. Le chef de l’Etat a regretté l’absence du Dg, lors de son vote du 30 septembre dernier à l’école publique de Bastos» confie une source. Faut-il croire à la légèreté des actes de sabotage, une plaisanterie de mauvais goût ou des actes de mauvaise foi… La Crtv est certes un mastodonte de l’audiovisuel ; elle est également la seule à recevoir la redevance collectée auprès du contribuable. Mais est-ce suffisant pour la tour d’aluminium qui attend une véritable oxygénation financière depuis plus d’une décennie pour être totalement restructurée ? La gangrène est profonde ; le malade est presque à l’agonie. Il lui faut un traitement de choc.

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité. Notre survie en dépend :)