A la uneCamerounEvènementMusique

Mor’Eh a présenté hier Mardi, son album Mboa

Dans le but de promouvoir la culture camerounaise dans son authenticité, la Fondation Solomon Tandeng Muna par l’initiative de Me Akéré Muna, a mis sur pied un forum qui donnera la chance aux artistes camerounais de présenter leur talent au public ; ainsi, tous les mois, elle accueillera un artiste ou groupe pour une prestation devant un public sélectif composé d’illustres personnalités et de quelques médias. Après la première édition de Septembre dernier qui a vu le passage très réussi du groupe Macase « La Nouvelle Ecriture », c’était au tour hier du collectif MOR’EH de séduire de plus belle. Thierry Sandjio (piano) le chef d’orchestre, accompagné de Mayo Gabriel (guitare), Steve Ndzana (battérie), Anette O’konnor (voix lead), Michelle Abena (vocaliste), et Alain Oyono (saxophone) venu en renfort, vont gratifier les invités d’un show à nulle autre pareille. La créativité exceptionnelle dont fait l’objet MBOA (chez nous en langue duala) n’est autre que la résultante d’une énorme expérience acquise au fil des années par les différents membres qui ont chacun leur histoire à raconter. MBOA, cuit minutieusement par la « VAPEUR » (MOR’EH en Babouté), est un subtile mélange de variété, jazz, gospel, et de rythmes camerounais (Makossa, Bikutsi, Ngoso, Assiko, Ambassi…) témoignage d’un secret  de bonification des tubes légendaires américains entièrement traduis en langue Duala. Avec sa voix suave, douce et velouté qui épousait merveilleusement les notes de saxo du sieur Alain Oyono très percutant, Anette O’konnor manquera de peu d’endormir de plaisir l’assistance par la volupté de sa gestuelle qui obviait tout stress telle une caresse. Le génie artistique de nos polygraphe en chanson revêt tout son caractère inhérent lorsque nous nous rendons compte (ceux qui comprennent l’anglais et le duala) qu’effectivement les thèmes et paroles sont  traduites presque fidèlement. «Ainsi, le titre Dumele sera l’adaptation parfaite de Killing Me SoftlyFields of Gold devientMyonda Ma Gold, ou encore L’encre de tes yeux de Francis Cabrel transformé en Misso (les Yeux en duala), sur un rythme Assiko qui ne laissera personne assise. 11 titres font la merveille de cette galette soft dont la devise est tout simplement Justesse, intonation, Cadence et  précision.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...