Afrik’ en Or: Pour honorer les meilleurs auteurs compositeurs d’Afrique

Ce nouveau concept a été officiellement présenté à la presse le mardi 12 avril à Douala

A ce jour, il est presque impossible de les compter sur le bout des doigts, tellement ils sont nombreux et talentueux. Des icônes pour tout dire. Tabuley Rochereaux, Franco, Pierre Akendengue, Fela Kuti, Pépé Kallé, Tchana Pierre, Manu Dibango, Moni Bile, Eko Roosevelt, Dina Bell, Ekambi Brillant, Miriam Makeba, Angélique Kidjo, pour n’en citer que quelques uns, certains n’ayant jamais eu une reconnaissance à la hauteur de leur talent. Désormais, l’association Univers Culture entend corriger cette injustice et rendre à César ce qui lui appartient, rendre à ces artistes, le mérite qui leur est dû. Cela à travers son concept «Afrik’ en Or», que le coordonateur Tony Njoh Malaika appelle La tour musicale africaine de l’air moderne

Le concept consiste à revisiter le passé musical de ces artistes par des compilations individuelles, résumées de l’ensemble de leurs œuvres au cours du siècle dernier explique l’organisation. Aussi, ceci aura pour avantage de donner l’opportunité aux jeunes et même de leur fournir de la matière première de qualité, pour la plupart d’entre eux qui sont des artistes interprètes de la nouvelle génération, pleins de talent et qui ne sont pas nécessairement de bons compositeurs

Paris pour la première
A travers ce projet, les organisateurs ambitionnent de créer un cadre de formation, d’éveil et de pérennisation du génie créateur des auteurs-compositeurs africains, créer un marché réel de la musique africaine et de l’industrie du spectacle où se rencontrent les artistes, producteurs, distributeurs, promoteurs, mécènes et autres acteurs du secteur de la musique africaine, créer dans les musées d’art et de culture du monde entier des «livres d’or de la musique africaine» dans lesquels seront consignés les écrits et les photographies des grands auteurs et compositeurs du continent. Par ailleurs Univers Culture voudrait initier avec les promoteurs des espaces de découverte et de promotion des jeunes talents à l’instar d’Africa Star ou Star 2 demain… Une fois le concept présenté au Cameroun à travers cette conférence de presse, la première édition se déroulera du 25 au 27 novembre 2011 à Paris, un choix qui résulte du fait que Paris est le carrefour par excellence de la musique africaine et du show business. Le programme de ces trois jours prévoit une table ronde sur les maux qui minent la musique africaine (piraterie, problèmes de distribution), un grand concert qui réunira des monuments de la musique africaine ainsi que la remise des trophées. Autre point d’envergure, le Salon de la musique africaine de Paris (SMAP) qui s’ouvrira dès le premier jour des travaux. 

Le tour de l’Afrique
Après Paris, le concept est appelé à faire, dès l’année prochaine, le tour des capitales africaines qui ont déjà pour la plupart donné leur accord de principe à travers leurs représentations diplomatiques en France où est basée l’association Univers Culture. Le projet est représenté dans chaque pays africain par des agences de communication et au Cameroun, le ministère de la culture a assuré de son soutien logistique et technique fait savoir Robert Bendengue, le délégué régional de la culture pour le Littoral, présent à la conférence de ce mardi. Etaient également présents, les artistes Beko Sadey, par ailleurs Responsable des relations publiques du projet, Ekambi Brillant, Henry Njoh, Ben Decca, tous venus témoigner de leur soutien à l’événement. En attendant l’hymne d’Afrik’ en Or «actuellement chantier» un générique a été conçu, un mix up des chansons du seigneur Rochereau et Mbilia Bell, avec la voix de la jeune de Gaëlle Wondje. Plusieurs autres jeunes talents ont été sélectionnés qui prendront part au projet, notamment Final D (directeur artistique du projet), Lady Kashila, Nguebo Solo, Denis Achalle et Nicole Obele. Des jeunes qui ambitionnent de suivre leurs grands frères à qui ils rendent hommage et de continuer à écrire les belles pages de la musique africaine. 

Commentaires Facebook