MusiquePortrait

El Kébir, la relève qui vient du Nord

Griot des temps moderne, El KEBIR est un jeune rappeur basé à Garoua au Nord du Cameroun. Moussa Issa de son vrai nom, il est né le 04 Avril 1997 à Garoua, et il est le 3ème né d’une famille de 5 enfants.

Très jeune, El Kébir est vite gagné par le virus de la musique. Ses premiers pas remontent à 2007. Agé de 7ans à l’époque, il tire ses influences a travers les groupes de rap tels que : NTM, IAM, Sniper ou encore des rappeurs solo comme Youssoupha, La Fouine, Medine : « J’ai une grande admiration pour le Collectif Sahel Hip Hop qui est et reste une grande référence pour le rap sahélien », affirme le jeune El Kébir.

A 8ans, il décide de graver sur papier ses premiers textes de rap et présente ses premières compositions dans divers établissements scolaires lors des kermesses. Par la suite, il monte son premier groupe qu’il baptise RADIKAL et commence à s’essayer dans différents concerts. Malheureusement le groupe a du mal à s’imposer et quelque mois plus tard celui-ci se disloque. Alors que La musique commence à faire partie intégrante de sa vie, El Kébir décide de continuer sa carrière en solo.

Il à longtemps peaufiner son talent aux cotés des figures de proue du rap nordique et à réussit le pari de séduire ses fans lors de divers prestations. Il participe bien plus tard à de nombreux concours afin de parfaire son art (Caravane du Bonheur de Coca Cola, le Femusco, etc…)

Sa musique est totalement inspirée de la richesse rythmique du Nord Cameroun tout en faisant des ouvertures vers les autres cultures : soul, afro-beat, blues, pop et reggae. El Kébir fait un mariage harmonieux entre les instruments modernes et traditionnels. Son rap se veut engager, et les thématiques de ses chansons sont fortement influencées par le vécu quotidien de l’artiste. Divers Thèmes sont abordés tels que la vie de couple, l’avortement, la délinquance juvénile, et il n’hésite pas à critiquer le système en parlant de la mal gouvernance, de la corruption ou encore des conflits armés.

Son premier album dont la sortie est imminente, sera une belle œuvre de l’esprit sur lequel on retrouvera en featuring une belle brochette de rappeurs d’ici (Babylas, Princess Kadidja, Sahel Hiphop) et d’ailleurs (Lynci Montana, Bokal, Waïti)

Et quand on sait que la production musicale est une véritable sinécure dans le secteur du hip hop, l’on se doit d’encourager ce jeune rappeur soutenu par le Label 2H kulture, un label créer par des jeunes activistes culturels nordistes et qui œuvre depuis près de 10 ans à la promotion et la vulgarisation du hip hop au nord Cameroun.

 

RENCONTRE…

El Kébir a compris très tôt que la musique est un art qui requiert beaucoup de travail, de patience, de créativité. Son objectif est de se perfectionner en côtoyant les aînés. La scène commence à ne plus avoir beaucoup de secrets pour lui. Il commence même des prestations ou il est tête d’affiche. La carrière du jeune El Kébir va prendre un tournant décisif en 2013 quand il est invité à Fantaisie Culturelle, une émission radiophonique que présente l’Alliance Française ou, sa rencontre avec le Directeur de L’Alliance, Pierre BARBIER qui le met en contact avec l’ingénieur de son Kader YODI sera le point de départ du rêve, celui de réaliser une œuvre discographique.

En attendant l’album, EL Kébir partage son temps entre les études, le studio et la scène ; maniant la poésie et la musique avec une démarche sûre et posée, accompagnée d’une présence scénique impressionnante à chacun des ses prestations.

Ebah Essongue Shabba

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer