A la découverte de KLS Miguel - Culturebene
MusiquePortrait

A la découverte de KLS Miguel

De son vrai Ayinga MBEDZA  Michel Fabrice, KLS (Kings Lion Son) Miguel est un jeune camerounais né dans la régiondu Sud à Ebolow, et fait partie d’une fratrie de six. Jeune footballeur à la base, il passera par les clubs Eding, Manchester, Canon, puis Lausanne FC. Son cursus scolaire, il le passera dans des établissements à Essos, Mimboman et au petit Séminaire de Mbalmayo. Il nourri sa passion pour la musique à travers des Interprétations (Tonton David, Lucky Dube, Blaco) et plus tard va intégrer le groupe de chant « Cœur Madrigal » de Yaoundé du Pr. René Esso (c’est où il prend ses bases dans la musique). Miguel fréquente parallèlement le groupe Sumanja (alors produit par la grosse maison Zomloa Familia) à une certaine époque ; avec celui-ci, il affute son style pour un jour lui aussi sortir des œuvres…

En 2010, il quitte le Cameroun après avoir longtemps galéré entre petits commerces et football. Son grand-frère lui propose de le retrouver en Chine, mais d’autres opportunités plus alléchantes se font également dans la même période (France pour l’école et le foot entre autres). Mais il finira par pencher pour la Chine. Il va alors très vite se heurter au problème de langue mais aussi du climat maussade dans la maison de son oncle qui l’a recueilli à Beijing. Les choses se compliquent, et Miguel est contraint de quitter le domicile familial. La galère s’installe et le jeune homme est déboussolé. Il va tout de même faire la rencontre de quelques jeunes footballeurs évoluant en championnat amateur et décidera de proposer ses services à leur club : French Le. Le président dudit club, Gregory Debusquois, subjugué par les performances du jeune camerounais, va alors l’adopter.

Mais il lui faut trouver une activité génératrice de sous. Miguel aura la chance de tomber sur l’entreprise X Box, où il est recruté comme traducteur. C’est au sein de cette structure qu’il fait la rencontre du français (originaire de Lyon) Hugo Poncet ; une véritable providence, car avant de tomber sur Poncet, Miguel avait déjà passé un mois dans l’entreprise et son perdiem était très attendu. Le jeune homme s’était habitué au maigre régime qui s’imposait jusqu’alors : Juste une petite part de la pâte d’arachide que sa maman avait pris le soin de lui concocter lors de son départ pour le pays de Mao…


Désormais voisins de bureaux, Hugo Poncet invitait volontiers Miguel à un restaurant lors des pauses. Très vite, la complicité va naitre et les deux compagnons ne se privent pas quant à se partager leurs expériences respectives. C’est ainsi qu’un jour, pendant leur traditionnel passe-temps, le français se met à mimer un air de reggae. Miguel lui confessera à son tour sa passion pour la musique et particulièrement celle-là, et c’est comme qu’est partie l’aventure. Les deux potes vont tout d’abord s’inviter dans des shows, et leur notoriété se gagne progressivement. Un soir, un promoteur d’évènements venu des USA organisait un gala de charité en aide aux orphelins, leur propose d’effectuer un passage qui au départ devait durer 15 minutes. Sauf qu’ayant épuisé leur répertoire de cinq titres (ils n’en avaient pas plus à l’époque), le public leur imposera de rester sur le planché et de tout reprendre au début, tellement ils l’avaient marqué… Voici les débuts d’une carrière prometteuse, et le duo portera désormais le nom ULTIMATE BAND CREW.

Un premier album verra par la suite le jour dans les studios Smooth Sound Music de Dj Roméo avec pour titre « Jah is my light » (Dieu est mon salut) le 10 octobre 2013. Ce bijou connaitra la participation de quelques artistes locaux triés sur le volet : Boudor, Yann la Fumée, Sumanja, Sultan Oshimihn, Tanguy Beye, et Soumalek, 13 titres plus un bonus track bien tissés. Pour leur deuxième album, KLS Miguel et son acolyte Hugo Poncet vont une fois de plus compter sur l’expertise et le doigté magique de Dj Romeo qu’ils n’hésiteront pas à faire venir en Chine pour trois semaines de préparation et d’enregistrements intenses. Le projet porte le nom « Just One Life » en featuring  Sumalek, Zulu Bob (Jamaïcain), Abel « Shimelis » X (qui est l’un des descendants de Haile SELASSIE) et chanté en anglais, espagnol, chinois et français. Aujourd’hui, le Ultimate Band Crew fait partie des 10 groupes les plus écoutés en Asie.

JAM-Afreeca

Le Ultimate Band Crew, soucieux de symboliser sa fusion à travers l’union de ses cultures respectives, met en place la plateforme JAM-Afreeca en Chine qui réunie sur la même scène plusieurs artistes aux orientations afro-jamaïcaines avec pour slogan No Colours, No Barriers, No Borders. Après deux éditions tenues du côté de la Chine, le concept vient s’établir au Cameroun pour l’émulation et la promotion de ses jeunes artistes : « Je me souviens que quand j’étais invité à une scène ici, très souvent on ne nous donnait rien. Parfois on était juste invité à prendre des bières or ce n’est pas ça qui payait les factures », nous a confié Miguel. Avant d’ajouter : « Je n’ai pas la prétention de penser que JAM-Afreeca viendra rendre les artistes riches, non ! Juste apporter ma côte part à l’émergence de nos talents ».

Ladite soirée (100% Reggae Ragga Dance Hall Hip hop) se tiendra le 15 Août prochain et offrira les plus grosses têtes du mouvement urbain, à l’instar de Tonton Boudor, Tony Nobody, Sultan Oshimihn, Sumalek, Danielle Eog Makeda, Nkunkuma, Sahvane, Izmo, Mr. Zasta, Maf Crew, Snaipy, Definitiv, Flair, Terror,  à la Case des arts (face lycée Bilingue d’Essos).

KLS Miguel est parallèlement étudiant en Commerce International, à mi-temps traducteur dans  un cabinet dentaire, vice capitaine de son université, joue dans le championnat amateur en Chine et est fondateur d’un groupe de danse Tribal Zulu.

Contacts :  www.ultimatebandcrew.com

Sur facebook : Ultimate Band Crew ou KLS Miguel

 

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer