Clin d'oeilInterviewMusique

Chantal Ody’sha : « Non je ne vis pas de la musique, car ce n’est pas un métier au Cameroun… »

L’artiste Camerounaise Chantal Ody’sha est de retour avec un 5e album intitulé ” Régulation “, Un clip “L’argent et le Pouvoir ” est en rotation dans nos différents medias. Nous l’avons rencontré, elle nous a accordé en exclusivité cet entretien, au menu : sa carrière, les droits d’auteur et bien d’autres sujets.

Bonjour Chantal, Alors comment tu vas artistiquement, de nos jours ?

Merci bonjour, artistiquement  je vais très bien.

Si on revient sur votre parcours vous avez commencé  comme danseuse professionnelle dans plusieurs clips on vous a souvent aperçu, parlez-nous un peu de votre parcours de danseuse …

J’avoue que mon parcours de danseuse  à été très favorable,  j’ai évolué aux cotés des aînées en l’occurrence Théo Blaise Kounkou  du Congo Le célèbre groupe Zangalewa, Mayele de la Guinée équatoriale, Ndedi Dibango du cameroun, Sam Fan Thomas Cameroun, Régine Féline de la Martinique pour ne citer que ceux-là.

Qu’est-ce qui vous a le plus choqué dans ce parcours quand on sait que danser pour un artiste était  un schéma compliqué surtout entre une femme et un homme…

Permettez moi de vous dire que je n’ai pas vraiment connu des déboires dans mon parcours de danseuse, à part quelques Impayés, car je n’en donnais pas l’occasion j’étais là pour danser, pour apprendre, avec respect, dynamisme  et dignité  je pense que ce sont les  raisons pour les quelles j’étais très sollicitée à cette époque malgré mon jeune âge ma personnalité et mes qualités jouaient un grand rôle dans mes fréquentations  j’étais stricte car j’avais des objectifs à atteindre. J’ai géré ma carrière de danseuse sans complexe ni contrainte grâce aux conseilles de ma tante paix à son âme la regrettée mémoire Thérèse Sita Bella première femme Journaliste, Cinéaste et Pilote qui m’a orienté dans ce domaine depuis mon enfance.

Avez-vous gagné votre vie comme danseuse avec toutes ces stars ?

Je dirais oui et non, car pour moi ce n’était pas un métier plus tôt une passion et une formation elle m’a permis de découvrir des vraies scènes musicales dans le monde, les occasions de côtoyer des grandes personnalités d’ici et d’ailleurs, la vie entre 2 avions.

Ok, maintenant revenons à votre transformation, qu’est ce qui vous pousse à devenir chanteuse ?

Je ne dirais pas une transformation car les deux vont de paire le chant et la danse déjà à l’âge de 16 ans j’avais été inscrite par ma tante dans une école de musique le  «Choeur Madrigal» dirigée par le regretté René Esso pour apprendre à chanter, lire et écrire le solfège. Et il avait découvert en moi une vraie voix de chanteuse ce sont ces qualités qui ont été développées plus tard .

Parlez-nous de vos influences musicalement de qui et de quoi tirez vous vos inspirations, quel est votre modèle d’artistes ?

L’inspiration est divine nul ne sait à quel moment où à quel endroit ça vient parfois dans les rêves.

Mon modèle à été Anne Marie Ndzie qui a bercé mon enfance Myriam Makeba aussi, Je suis une artiste de circonstance qui croit en soi et mes inspirations sont parfois tirées de mon personnage et même l’environnement, la vie au quotidien, la nature.

EN tant qu’une femme artiste dites-nous, avez-vous connus des frustrations venant des hommes artistes ?

C’est évident, Comme dans tous les domaines la femme est toujours Titillées, mais il faut savoir gérer, le monde est ainsi faite, la femme doit savoir protéger ses valeurs.

Parlez-nous de vos albums, votre discographie, combien d’albums avez-vous  commis sur le marché ?

Je suis à mon 5 ème album ; ” Milles couleurs ” fut mon tout 1er album sorti en 1993 le titre

(moon nna ). Suivi du 2 ème intitulé ” Zaziza ” titre ( Afrique paradoxale). Le 3 ème sorti en 2001 intitulé “Ndann ” ( tu me plais).  Le 4ème  en 2005 donc la sortie officielle s’est effectué en 2016 intitulé “Vision du Sage” d’ou le titre (la pensée de l’homme).  Et pour Juin 2017 je reviens avec ” Régulation ” le 5 ème. Donc le clip en promotion intitulé “L’argent et le Pouvoir ”

https://www.youtube.com/watch?v=rNl_HcaXPT4

Chantal Ody’sha  vit-elle de son métier d’artiste au Cameroun ? Parlez-nous de l’univers du show bizz au Cameroun

Non je ne vis pas de la musique, car ce n’est pas un métier au Cameroun. C’est ma musique qui vit grâce à moi je poursuivais mes études à l’université parallèlement à la danse c’est ce qui me nourrit et fournit ma musique  de nos jours .Donc  je suis ingénieur en Sciences Botaniques ça s’appelle l’Art de la Nature, de (Architecture extérieur et intérieur, installation des espaces verts et décorations ) je fais mes spectacles quand l’occasion se présente. Pas de droit d’auteur pour les artistes .

Pourquoi ça coince au niveau de droits d’auteurs et droits voisins au Cameroun ?

Je ne saurai vous donner une réponse concrète à ce niveau, J’ai l’impression qu’ils y a une sorte de saturation au sein du droit d’auteur, l’artiste musicien est victime d’une situation je préfère rester modeste la dessus,  permettez moi d’interpeller le couple présidentielle, Monsieur et Madame Biya à l’endroit du statut de l’artiste, Je sais qu’ils aiment la musique, Mais je leurs demande de bien vouloir régulariser notre situation, les artistes souffrent énormément, défendre les intérêts des artistes permettra aussi de faire reculer la pauvreté et même pour améliorer une bonne croissance économique.

Que pensez-vous de la qualité lyricale et musicale du bikutsi au Cameroun car le public ne se retrouve plus dans les messages …

Je ne suis pas là pour juger qui que ce soit chaqu’un écrit ses textes comme il veut surtout dans un pays comme le notre ou les Moeurs ont pris les clés des champs, ce qui compte le plus c’est l’ambiance que chaque artiste apporte à son public.

Parlez-nous des religions qui prolifèrent, de l’homosexualité, en tant qu’une artiste engagée dans la société quel est votre regard sur cela ?

La vie est un choix, Ça n’engage que ceux là.

Quel est votre souhait dans la musique et dans votre carrière et votre mot de fin ?

Je remercie tout d’abord ma maison de production Jfdmultimédia, qui à cru en mon talent et m’a permis de reprendre la scène avec plus de conviction.

La musique est une très belle passion. L’artiste c’est celui là qui vous aide à mieux  connaître votre être à prendre conscience, Je dédie cette album à mon public que j’adore.

Mon souhait le plus absolu c’est la restructuration de la société de droit d’auteur au Cameroun,

Le combat est rude dans ce monde je ne désespère pas . Merci à vous Culturebène.

Par Joel Branham

 

Commentaires

0 commentaires

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux:

📸 INSTAGRAM: https://instagram.com/culturebeneofficiel
🌐 FACEBOOK: https://www.facebook.com/culturebene
🐤 TWITTER: https://twitter.com/culturebene
📩 EMAIL: culturebene@declikgroup.com
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page