Nji Moluh Ayyouba : «Je suis au service du palais du sultan bamoun et du musée depuis 32 ans…» - Culturebene
InsideLieux et MonumentsLight On

Nji Moluh Ayyouba : «Je suis au service du palais du sultan bamoun et du musée depuis 32 ans…»

C’est un homme âgé d’une soixantaine d’années avec une carrure imposante et  une voix grave qui se présente à nous à l’entrée du palais du sultan. Nji Moluh Ayyouba est l’âme du musée, 32 ans qu’il guide les touristes et les visiteurs, le musée situé à l’intérieur du palais du sultan n’a aucun secret pour lui.

Le palais du sultan Ibrahim Mboumbouo Njoya représente un patrimoine matériel considérable  pour l’histoire  du Cameroun. Situé au  centre de Foumban,  ce joyau  architectural donne à la ville  un  autre visage, un visage resplendissant qui fait courir de nombreux touristes. Embarqué dans les fourches caudines du Réseau  des journalistes culturels du Cameroun, nous avons eu l’immense privilège de découvrir  les contours, les pourtours et les détours du palais grâce à notre guide. D’abord, il a commencé par nous situer le contexte historique de la création de ce palais , l’on  apprend que la construction remonte en 1917, médusé par la beauté de la résidence du gouverneur allemand de Buea  Ibrahim Njoya, le grand père du sultan actuel l’une des figures historiques du Cameroun a nourri l’ambitieuse idée de construire un beau palais , un palais en dur qui mettra fin aux déboires du passé et surtout qui estompera les incendies qui ravageaient régulièrement son palais  fait de bambous. Toutefois, c’est des années après en  1990 que le palais a eu sa forme actuelle. Le vieux guide nous informe que c’est le roi Ibrahim Njoya qui en 1920 a eu l’ingénieuse idée d’ouvrir un musée dans une partie de son palais. En service depuis 32 ans, Nji Moluh Ayyouba nous informe qu’il a vu défiler de nombreuses personnes venues découvrir les objets historiques Bamoun. Construit en étages, plusieurs objets sont exposés, le visiteur peut alors entrer dans l’antre historique du peuple bamoun. Des objets de guerre, des masques, des poteries et plusieurs autres objets sont exposés. Nji Moluh nous explique que l’homme étant destiné à mourir, actuellement il est entrain de transmettre son savoir à un jeune qui perpétuera sa mission après son décès. La visite n’étant pas gratuite, il faut débourser la somme de 2000 FCFA pour pouvoir accéder au musée. À votre sortie, l’on vous demandera de signer le livre d’or du musée, toutefois au regard de l’exiguïté de l’actuel musée, un autre musée a été construit afin d’abriter les objets d’art bamoun.

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité. Notre survie en dépend :)