Faits diversInside

«Venez, je l’ai tuée» : en plein confinement en Italie, il étrangle sa compagne et appelle la police !

L’Italie fait face à une nouvelle conséquence de la crise du coronavirus. Le confinement aggrave les risques de violences conjugales en raison de ce que les Italiens appellent la « cohabitation forcée ». La Sicile a ainsi vu un drame du confinement se dérouler mardi au sein même de la communauté médicale.

La victime s’appelle Lorena Quaranta, 27 ans, originaire de Favara (près d’Agrigente), étudiante en médecine à l’Université de Messine. Son meurtrier présumé se nomme lui Antonio De Pace, il a un an de plus, originaire de Vibo Valentia, également étudiant en médecine. Le compagnon de la jeune femme a tenté de se suicider, en essayant de se couper les veines, mais il a d’abord appelé les secours pour confesser son geste mortel. « Venez je l’ai tuée » aurait-il prononcé au téléphone selon les médias italiens. L’agresseur a été immédiatement secouru, ses jours ne sont pas en danger. La reconstitution effectuée par la police dans la foulée aurait démontré que l’homme aurait étouffé sa compagne à l’issue d’une violente dispute. Une enquête est en cours, il a été arrêté.

Selon le recteur de l’université de médecine Salvatore Cuzzocrea, où étudiait le couple, cette tragédie est liée à la « situation de crise que nous vivons en ce moment. Les experts avaient mis en garde contre le risque que la cohabitation forcée n’accentue les conflits familiaux » a déclaré l’universitaire.

La petite communauté de Furci Siculo est également sous le choc. « C’est un drame dans le drame » a commenté le maire de Furci Siculo, Matteo Francilia. « Ce matin-là, nous nous sommes réveillés avec la nouvelle de cette tragédie. Nous sommes choqués, notre communauté a toujours été à la pointe de la lutte contre les violences de genre, nous avons également mis en place un centre d’écoute. Ceux qui se tachent avec de tels gestes doivent pourrir en prison » a précisé l’édile sicilien.

Lorena était visiblement une étudiante passionnée par son futur métier. La couverture de son profil Facebook, la représentait dans son service, masque de chirurgie sur le visage, avec une simple phrase de commentaire : « Ma place ».

Son dernier message datait d’il y a trois jours. « Inacceptable », écrivait-elle publiant un article faisant état de médecins tués par le coronavirus. Elle avait lancé son appel : « Maintenant plus que jamais, nous devons faire preuve de responsabilité et d’amour pour la vie. Ayez du respect pour vous-même, vos familles et votre pays. Et rappelez-vous ceux qui sont quotidiennement en salle pour soigner nos patients. Nous restons unis, chacun dans sa propre maison. Evitons que le prochain malade soit un être cher ou nous-mêmes » livrait-elle.

La présidente de la commission Féminicide du Sénat, Valeria Valente, a dénoncé « le énième féminicide survenu dans un foyer, où la crise du coronavirus nous impose de rester ». « Demandez l’éloignement de ceux qui peuvent vous faire du mal ou en dernier recours éloignez-vous, y compris avec vos enfants », a-t-elle lancé, en rappelant le numéro d’urgence mis à disposition pour ce genre de situations.

La semaine dernière, la ministre italienne de l’Égalité hommes-femmes et de la Famille Elena Bonetti avait souligné la nécessité de trouver des maisons-refuges pour les femmes victimes de violences, contraintes de cohabiter avec leurs compagnons violents en raison des mesures de confinement imposées par le gouvernement pour lutter contre la diffusion du coronavirus.

 

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer