Alain DEXTER : « Je me sens à l’aise quand je suis entouré de stars » - Culturebene
A la uneCamerounInsideInterview

Alain DEXTER : « Je me sens à l’aise quand je suis entouré de stars »

Seize ans plus tard, Dexter est l’un des animateurs les plus célèbres du pays, et est très courtisé des stars, pour leur besoin de management. Un peu frimeur, curieusement, cela passerait plutôt pour une qualité, chez notre séducteur. Très sûr de lui, Dexter a également su cultiver l’humilité tout au long de son parcours, car comme il le dit, rien n’est acquis dans ce monde, il faut savoir braver les difficultés. L’animateur s’est fait une grande joie de nous ouvrir les portes de son émission Starmania, et l’entretien qui va suivre, a été réalisé à la suite de ce programme.

Bonjour Dexter, et merci pour l’accueil

Salut, je tiens d’abord à dire merci à toute l’équipe de culturebene.com, c’est un site qui fait encore plus, que ce qui est fait en radio et en télé, pour ce qui est de la promotion de la culture africaine à travers le monde, et permet surtout aux camerounais qui sont très loin, de vivre en temps réel, l’activité musicale camerounaise et africaine. Donc c’est avec beaucoup de bonheur que je participe à cette interview.


D’où vous vient l’idée de mettre en place une émission pareille ?

Je me suis rendu compte que Yaoundé fm 94, étant une radio musicale, manquait véritablement d’espaces qui permettraient aux artistes de s’exprimer, c’est vrai qu’ils le font eux-mêmes à travers des espaces commerciaux, mais il fallait une émission qui soit faite uniquement pour les artistes,  pour les poeples, pour toutes les stars. Que ce soit les stars du sport, les stars de la comédie, les stars du cinéma, du monde des affaires, tous ces Poeples là, on a voulu leurs créer une plate-forme où ils pourraient se rencontrer. Donc c’est un peu ça. Pour combler ce manque à la fm 94, mister Yvo, qui est mon co-présentateur, et moi-même, avions eu cette idée. Et voila comment le chef de chaine nous a donné le OK, puis c’est parti comme ça. J’ai dû sacrifier une émission « TUBE FM », qui passait tous les mercredis à 16h, pour créer ce programme qui est aujourd’hui l’un des programmes phares de Yaoundé et l’émission majeure de Yaoundé FM 94.

Planète Stars à la Télé, Starmania à la radio, décidément vous ne fonctionnez qu’avec des stars vous ?

Rire. Oui, dans tous les cas, je pense que la communication c’est comme la médecine où pour être bon, il faut se spécialiser. Moi j’ai choisi mon couloir, c’est celui du showbiz, le couloir des stars, et je pense que c’est le domaine où je me sens le plus à l’aise. Je me sens à l’aise quand je suis entouré des personnes connues, des peoples, des artistes, des sportifs de renommée internationale, moi je pense que chacun a son univers, je me sens à l’aise avec ces personnalités, et je ne peux que travailler dans ce milieu, faut pas aller faire quelque chose que vous ne maitrisez pas. J’aime travailler avec des stars, parce que je me considère moi-même comme une star. C’est ça, quoi.

Vous êtes animateur radio, c’est vrai, mais on vous retrouve de plus en plus ces derniers temps dans le management d’artistes ? C’est pas un peu trop pour vous ?

Dans tous les cas, de prime à bord ça peut embrouiller le cerveau, mais ce n’est qu’une continuité de notre métier. Et puis, beh, parler de management c’est trop dire hein, des managers au Cameroun, il n y en a vraiment pas, au sens professionnel du terme, nous ce qu’on fait, c’est l’accompagnement d’artistes, parce que c’est des gens qui n’ont pas de repère, la plupart vivent à l’étranger et il leurs faut des contacts sur place pour pouvoir promouvoir leurs albums, leurs trouver des dates de spectacles et négocier leur contrat. Donc c’est le travail qu’on essaye de faire lorsqu’on à rien à faire à la radio, lorsqu’on a fini notre boulot, on essaye de prendre des contacts pour trouver des spectacles pour les artistes qui ont accepté de travailler avec nous, et ça se passe très bien, nous sommes bien rémunérés, c’est du gagnant-gagnant, et c’est tant mieux pour tout le monde.

Ça va faire 16 ans de radio pour vous aujourd’hui, sans compter vos apparitions sur le petit écran, on est bien loin de l’époque où personne n’ y croyait dans votre famille…

C’est bien ça, je commence à rouler ma bosse dans le milieu. J’ai pratiquement 16 ans de radio, et j’ai commencé à 20 ans, je venais d’avoir mon bac à l’époque, à Yaoundé FM 94 et la télévision et petit à petit j’ai trouvé ma voie. Mais il faut dire que ce n’était pas du tout évident. J’ai reçu une éducation stricte, les parents étaient très rigoureux, ils voulaient qu’on fasse l’école avant tout. Ils me voyaient d’ailleurs administrateur, mais malheureusement, j’ai choisi ma voie plu tard. C’est une vocation tardive, mais qui finalement aujourd’hui porte ses fruits. Je vais être franc avec vous, ma famille au départ, a cru que j’étais un raté, que je faisais un métier sans avenir, mais aujourd’hui, je suis le pilier de ma famille et j’en suis fier. Je suis l’aîné, et vous savez dans la famille, on attend beaucoup de l’aîné, et à ce jour j’estime que ma famille est satisfaite à 80 % du métier que je fais, de ce que ça me rapporte, et à eux aussi, dont je pense que ça va.

Des projets personnels sans doute, en dehors de la radio et de la TV ?

Oui, c’est un projet imminent d’ailleurs, parce que j’avais prévu monter ma propre entreprise en 2012, nous y sommes déjà, c’est une société qui existe déjà de manière informelle, je travaille avec un groupe de jeunes, il y’a des DJs, des animateurs, des cameramen, des monteurs, et avec eux nous montons une entreprise événementielle et audiovisuelle qui va nous permettre de mieux les encadrer, parce que c’est des jeunes qui ont du talent, mais il faut qu’ils travaillent dans un cadre précis, qui leur permettra de mieux gagner leur vie. Vous savez aujourd’hui, des jeunes talentueux qui évoluent sans un cadre juridique précis, peuvent être trompés par des gens. Parce qu’il y’en a qui vont les appeler, et ils effectueront des travaux où ils seront rémunérés à 200.000frs alors qu’ils méritent 1.000.000frs. Alors qu’en travaillant dans une entreprise comme celle que je suis entrain de mettre sur pied, ça leur permet de savoir que maintenant tout est réglementé, ils ont leur salaire par mois, qu’en travaillant sur tel ou tel projet, le boss leur payera tant, l’entreprise gardera tant pour son fonctionnement, bref, je pense que les choses sont entrain d’être faites, j’ai eu une idée, il va falloir la matérialiser et je ne le ferai pas seul, il faut que je m’entoure de ces jeunes qui veulent travailler avec moi, et dont j’ai également besoin pour faire grandir ma structure. Donc, voilà je pense qu’ALAIN DEXTER ENTERTAINMANT va se mettre en route dans les prochains jours.

Si vous avez un mot à ajouter, c’est le moment, parce que l’entretien tire à sa fin…

Beh, je dirais à tous les jeunes de rester positifs, et d’être patients, moi je n’ai pas pris de raccourcis dans ma vie, j’ai perdu 10 ans sans salaire, sans être recruté, à venir à la radio tous les matins, à la télé, j’ai trainé dans les couloirs… Dix ans ça se rattrape pas, mais je ne regrette pas, et je pense que dans la vie, lorsqu’on ne prend pas des raccourcis, lorsqu’on a du talent, lorsqu’on est patient, on fini toujours par trouver son gagne pain. Je suis content aujourd’hui et j’espère que beaucoup de jeunes vont suivre ma voie, je suis là je les attends, ceux qui veulent être formés, je n’ai pas un cadre précis pour les former, la radio ne m’appartient pas, je travaille juste à la CRTV, ce n’est pas mon entreprise, mais on trouve toujours un moyen d’encadrer les jeunes. Donc j’attends tout le monde.  

Commentaires

0 commentaires

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer