Mo’ Girls : « Collaborer avec Dj ARAFAt était un privilège pour nous » - Culturebene
Clin d'oeilInterviewMusique

Mo’ Girls : « Collaborer avec Dj ARAFAt était un privilège pour nous »

Elles, se sont les Mo’ Girls ; lauréates du concours de jeunes talents pour en faire un groupe du côté de Mo’ Groupe Yvana, Christelle et Justine vivent aujourd’hui pleinement leur rêve. Leur single en collaboration avec Dj Arafat bouclé, elles s’apprêtent alors à vous rendre fous.

Comment se portent les Mo’ Girls ?

Plutôt bien ; là nous sommes en pleine séance studio et tout se passe dans la bonne humeur, on prend toujours du plaisir à travailler et il y a cette touche d’hilarité qui nous gagne à chaque fois et ça nous aide à mieux gérer le stress.

Ça va faire un peu plus d’un an que vous évoluez ensemble, et on ressent bien cette harmonie qui ne cesse de se consolider ; sinon, racontez-nous comment étaient vos débuts ? L’ambiance lors du casting…

D’entrée de jeu, on s’est très vite heurté à la réalité ; franchement, le stress était insurmontable (rires). L’ambiance au casting était très tendue on peut dire qu’il y avait de la compétition car la grande majorité était très douée. Il fallait alors compter sur ses atouts vocaux, scéniques, et adopter une bonne posture devant les projecteurs. Pour dire que c’était hyper compliqué et éprouvant, mais par la grâce de Dieu nous avons, chacune d’entre nous, relevé les différents challenges.

Alors, un an après, qu’auriez-vous appris ?

Déjà nous sommes un peu plus sures de nous, vocalement parlant nous avons fait beaucoup de progrès, nous avons également été coachées sur l’attitude à adopter, côté danse il y a également eu une nette évolution. Bref, nous avons grandi.

Comment est-ce vous vous organisez dans l’écriture de vos chansons ?

Disons qu’ici, l’apport de chacune est important ; nous composons les chansons ensemble et selon la sensibilité de chacune, nous donnons une orientation précise nos projets, le choix des thèmes. Christelle, pour prendre son exemple, écrit des chansons en anglais.

Vous avez réalisé une grosse collaboration avec une star de la musique ivoirienne ; dites-nous en plus.

C’est aussi ça, quand on bosse au sein du Label Mo’ Group, on est appelé à chanter avec de grosses stars de la musique africaine, voire mondiale. Nous venons de boucler notre premier single Secouelo et c’est avec beaucoup de joie que nous y avions collaboré avec la star ivoirienne Dj Arafat, le Kora man, maître incontesté du coupé-décalé et précurseur de plusieurs concepts. Quand notre boss, Dr Mo, nous a annoncé ce featuring, dans nos têtes c’était un rêve. Une fois que nous nous sommes retrouvées face à lui, c’était vraiment incroyable, on en tremblait même. Vous imaginez, l’ambiance dans la cabine d’enregistrement… Il avait remarqué que nous étions un peu intimidées, alors il nous a beaucoup entretenu et nous a prodigué des conseils qui nous aideront certainement pendant longtemps. C’est avec beaucoup de stupéfaction que nous remarquions alors qu’Arafat, au-delà de ce que racontent certains, est un homme plutôt calme, humble et d’une grande simplicité. Franchement c’était un moment magique. Des privilèges de ce genre se multiplieront à l’avenir, car notre boss nous a annoncé une autre collaboration avec un autre mastodonte de la musique africaine. Il se pourrait que ce soit Fally Ipupa, mais nous n’en sommes pas si sûres. C’est vraiment une chance pour nous, qu’en début de carrière nous côtoyions autant de célébrités ; beaucoup après nous vivront d’autres expériences, encore plus riches, notamment ceux qui se démarqueront lors de cette nouvelle saison du Mo’ Casting. C’est pour nous l’occasion de dire un grand merci à notre boss Dr Benjamin Monefong à qui nous devons tout, merci à notre professeur de chant Gustave, à nos familles respectives et nos amis.

Comment est-ce que vous vous comportez dans vos écoles respectives ? Les rapports avec vos camarades ont-ils changé ?

Nous sommes restées les mêmes, rien n’a changé ; surtout que jusqu’ici il n’y a encore eu de sortie officielle de notre produit…

Est-ce à dire qu’une fois le produit sur le marché, vous vous prendrez la tête ?

Non, nous n’avons pas dit ça ; juste que le travail sera plus intense, nous enchainerons certainement des spectacles et n’aurons plus assez de temps à leur consacrer, et eux ils le prendront autrement. Ça arrive très souvent.

Par Darysh Nehdi

 

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité. Notre survie en dépend :)