« Moonlight », le clip de Jay-Z qui dénonce le manque de diversité à Hollywood - Culturebene

« Moonlight », le clip de Jay-Z qui dénonce le manque de diversité à Hollywood

Après « The Story Of O.J. » qui interroge la problématique raciale aux États-Unis, le rappeur réitère avec un clip dans lequel il pointe du doigt le manque de diversité à Hollywood à travers la série culte « Friends » et le cafouillage autour de la victoire du film « Moonlight » aux Oscars cette année.

Vous ne verrez plus jamais « Friends », cette série culte made in Hollywood qui a fait les beaux jours du petit écran pendant dix ans, de la même façon… Dans son nouveau clip, Moonlight, morceau tiré de son dernier album 4 :44, le rappeur américain Jay-Z fait appel au réalisateur Alan Yang (co-créateur de la série Master of Nones) pour une parodie du deuxième épisode de la saison 3 de la sitcom américaine (Celui qui a du mal à se préparer). Un pastiche militant, dans la mesure où l’ensemble des personnages, blancs dans la version originale, sont ici remplacés par un casting d’acteurs africains-américains qui reprennent le script au mot près.

On y retrouve notamment l’actrice Issa Rae, héroïne de Insecure, série de HBO, qui interprète Rachel. Les rôles de Chandler et Joey sont respectivement tenus par les acteurs Keith Stanfield (l’un des héros de la série Atlanta et personnage de Get Out, le thriller de Jordan Peel) et Lil Rel Howery (vu dans Get Out également). Les actrices Tiffany Haddish et Tessa Thompson campent respectivement Phoebe et Monica. Quant à Ross, c’est l’acteur Jerrod Carmichael qui lui prête ses traits.

Au regard de ce clip, une première question se pose : comment cette série au succès mondial a-t-elle pu aussi grossièrement faire l’impasse sur le manque de diversité au sein de son casting ? De 1994 à 2004, autour des acteurs interprétant Joey, Ross, Rachel, Monica, Phoebe et Chandler, une seule actrice noire a montré le bout de son nez (il s’agissait d’Aisha Tyler, interprète de Charlie, petite amie de Ross le temps de quelques épisodes dans les saisons 9 et 10).

Mais Jay-Z va plus loin encore. Le morceau porte le titre du magistral long-métrage de Barry Jenkins, racontant l’itinéraire d’un jeune noir homosexuel à Miami, et dont le casting est entièrement composé d’acteurs noirs. En février dernier, ce chef-d’œuvre a remporté l’Oscar du meilleur film. Une victoire éclipsée par un monumental imbroglio : Warren Beaty avait d’abord attribué la statuette au film La La Land de Damien Chazelle. Conclusion rappée dans le refrain par Jay-Z : « Même quand on gagne, on perd parce que l’on reste coincé à La La Land ».

Au bout de quelques minutes, le personnage de Ross quitte le plateau de tournage. L’acteur Jerrod Carmichael prend un autre rôle : celui d’un acteur qui réalise que le scénario de la série dans laquelle il tient l’un des rôles titres n’est pas très inspiré et bien loin d’être aussi subversif qu’il le pensait. « On croirait un épisode de Seinfield avec des gens noirs », lui lance son interlocuteur dans les coulisses du studio. L’ironie du propos est sans ambigüité… À la fin, on  retrouve l’acteur, assis seul sur un banc, qui contemple la lune qui le surplombe. En fond sonore, on réentend l’annonce de la victoire du film La La Land aux Oscars. De quoi mettre en avant une forme de fatalité.

Notons que, dans les années 90, Friends a donné lieu à une polémique peu après sa diffusion aux États-Unis. En effet, elle présentait de nombreuses similitudes avec une autre série produite par la Fox, Living Single, mettant en scène six amis new-yorkais… noirs. La rappeuse et actrice Queen Latifah figurait notamment au casting.

Par Katia Touré

Source: Jeuneafrique.com

Categories
ChroniqueMuZik'
No Comment

Laisser un commentaire



COMMENTAIRES FACEBOOK

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...
80 Partages
Partagez80
Tweetez
+1
Partagez
Enregistrer