Musique

Le n’goni, instrument à cordes pincées

Le n’goni est un instrument à cordes pincées d’Afrique de l’Ouest. C’est un terme désignant plusieurs instruments similaires qui sont soit des luths, soit des harpes-luths.

Le n’goni comme luth désigne un instrument typiquement malien, aussi appelé djéli n’goni (« luth de griot ») chez les Bambaras et nkoni ou koni. C’est l’une des nombreuses appellations pour les luths utilisés dans la musique des différentes ethnies d’Afrique de l’Ouest : le bappe, le diassaré, le duru, le gambaré, le garaya, le goumbale, le gurumi, le hoddu, le keleli, le koubour, le molo, le n’déré, le taherdent, la tidinit ou le xalam. Certains guembris en sont très proches aussi.

Long de 70 cm, il est formé d’une caisse de résonance naviforme en bois massif, recouverte d’une peau de veau et un manche en bois rond et mince ne passant pas pleinement au travers. Les cordes en nylon (4 traditionnellement, mais jusqu’à 7 voire 12 aujourd’hui) sont fixées à l’aide d’anneaux de cuir, parallèlement au manche de l’instrument qui suit la même ligne que la caisse de résonance. Elles passent sur un petit chevalet en éventail.

Seules les deux cordes du milieu sont jouées, les autres n’étant que des bourdons. On en joue avec pouce et index droits, comme un banjo, dont il est certainement l’un des ancêtres

Parmi les virtuoses de l’instrument on peut citer Bazoumana Sissoko, Moriba Koïta, Bassekou Kouyaté, Abou Sy et Baba Sissoko et dans la plus jeune génération Abdoulaye Koné dit « Kandiafa », Youssouf Diabate de Kita au Mali.

Principalement utilisés au Mali, le dozo n’goni ou doussou n’goni (« instrument des chasseurs »), de quatre à six cordes, pentatonique, et le kamélé n’goni (« instrument des jeunes hommes »), de six à douze cordes, accordé avec la voix du musicien, sont des harpes-luths cousins de la kora.

Long de 150 cm, il est constitué d’une demi-calebasse recouverte d’une peau (le plus souvent de chèvre) dans laquelle passe un bambou plein (le manche). Les cordes, sur deux rangées, suivent la même ligne que le manche.

Comme la kora, on en joue en pinçant alternativement à droite et à gauche du grand chevalet, les cordes.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer