CinémaInterview

Alphonse Béni : « il faut construire des salles de cinéma au Cameroun…»

En marge de la tenue du colloque international du film organisé par les écrans noirs qui se tient au palais des sports du 16 au 17 juillet 2019  nous avons rencontré l’un des pères fondateurs du cinéma camerounais Alphonse Béni, de manière courtoise et gentille, il nous a accordé une interview.

Vous êtes considéré comme l’un des pionniers du cinéma camerounais, aujourd’hui avec votre expérience quel jugement portez-vous sur le cinéma camerounais ?

– Alphonse Béni : Aujourd’hui, je pense que les jeunes cinéastes camerounais font plus que ce nous avons fait hier, pour dire autrement ils travaillent plus, la seule chose qui leur manque ce sont les salles, on produit des films, mais il manque de salles pour les diffuser, ce que nous souhaitons c’est que le gouvernement construise au moins une salle dans chaque ville. Dans les années 90, il y’avait 75 salles de cinéma au Cameroun.

 «Les enjeux de la création  cinématographique africaine » tel est le thème qui sous-tend la 23 ème édition des écrans noirs. Que pensez-vous de ce thème ?

– Alphonse Béni : C’est un bon thème, un thème didactique qui met en valeur les personnes  qui tournent autour du 7eme art africain, de ce fait je salue le top management des écrans noirs pour la promotion du cinéma camerounais et africain.

Quel est le secret de votre réussite dans votre carrière ?

– Alphonse Béni : De manière brève, mon secret c’est le travail, j’ai aimé le cinéma, de ce fait je me suis donné  tous les moyens de réussir, c’est pour cela que je suis allé étudier  en France.

Vous avez tourné dans plusieurs films considérés comme les classiques du cinéma africain à l’instar de black ninja, quelle anecdote pouvez-vous nous raconter ?

– Alphonse Béni : Il faut le préciser, j’ai tourné dans plusieurs films comme «Chasse à l’homme », «Top mission », « Fire operation», « Camer  Connexion » tourné entre Paris et Yaoundé. Les anecdotes, elles sont nombreuses.

Quels conseils pouvez-vous prodiguer aux jeunes cinéastes camerounais ?

-Alphonse Béni : Le meilleur conseil que je peux donner aux jeunes cinéastes Camerounais c’est d’être courageux, patient, volontaire et travailleur.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...