CamerounLitteratureLivre

Les plus belles phrases de : pour le libéralisme communautaire

« Prôner la domestication de la nature »

« Il n’y a pas de développement véritable pour l’homme qui se complait dans le mensonge. Le mensonge, la gabegie et l’absence totale de principes »

« On peut dire que le développement est manqué lorsque le principe qui doit imposer l’ordre te la discipline, l’harmonie et l’équilibre est étouffé et qu’au contraire s’expriment dans la discordance et la dissonance des voix et des tendances anarchiques »

« Il ne s’agit pas de créer pour créer ; c’est demeurer aliéné que de vouloir à tout prix créer là ou la bonne solution existe et ne demande qu’à être reconnue telle » p.104

« Il ne saurait y avoir de développement véritable pour l’homme qui vit sous le régime de la peur et de l’ignorance »

« Le libéralisme apparait chaque fois qu’il s’agit pour l’homme de s’épanouir dans la reconquête de ses libertés bafouées par les féodalités »

« Les trois points cardinaux du libéralisme : -la liberté d’entreprendre – la fonction régulatrice d’un Etat démocratique – le devoir de solidarité. »

« La libre entreprise tant qu’elle n’aboutit pas à l’exploitation de l’homme par l’homme, mérite d’être encouragée »

« La liberté d’entreprendre va dans le sens de la stimulation de la créativité ».

« Je suis convaincu que l’émulation et la compétition sont des facteurs d’épanouissement des plus hautes facultés de l’homme »

« Pour toute organisation du travail, il faut éviter d’anesthésier chez les individus le nerf de l’ambition »

« Solidarité » p.130

« Il faut distinguer le spiritualisme culturel de l’idéalisme culturel : en effet, autant le spiritualisme affronte des propres réalités pour en extraire du neuf, autant l’idéalisme esquive sa réalité pour se bâtir des chimères. Le spiritualiste engage des combats qui lui permettent de vivre ses rêves : l’idéaliste s’évade des champs de bataille pour avoir le loisir de rêver sa vie »

« Les linguistes camerounais ont dénombré 236 langues parmi les quelles une centaine de langue standardisables »

« Chaque langue exprime la culture qu’elle véhicule »

« Il convient donc de laisser épanouir toutes nos fleurs linguistiques, phase historique nécessaire et indispensable à la confection du BOUQUET CULTUREL national » p.117

« Dans ce processus d’édification culturelle, le temps jouera un rôle de tamis et de stabilisateur » p.118

« Notre être doit être comme le plafond de la chapelle Sixtine : belles, grandioses, exaltantes, toujours à achever »

« Nous pouvons certes nous flatter de présenter au monde  un taux de scolarisation qui situe notre pays parmi les plus développés du tiers Monde. Mais je sais que ce taux ne reflète pas la réalité qui est celle d’un pays encore marqué par l’ignorance et la superstition ».

Paul Biya, Pour le libéralisme communautaire, ed Pierre Marcel Favre. 1987, 158 pages.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...