La Cap-verdienne Elisabeth Moreno devient ministre en France ! - Culturebene
InsideLight On

La Cap-verdienne Elisabeth Moreno devient ministre en France !

Sibeth Ndiaye s’en va, Elisabeth Moreno arrive. Dénominateur commun, elles sont noires, originaires d’Afrique. Si on a découvert Sibeth Ndiaye très active dans l’équipe de campagne présidentielle d’Emmanuel Macron,  Elisabeth Moreno par contre, n’a aucune couleur politique.

Âgée de 49 ans,  Elisabeth Moreno, dirigeante du groupe HP Afrique, remplace Marlène Schiappa et est nommée ministre déléguée, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.

Elisabeth Moreno était jusqu’à présent inconnue du monde politique. Née en 1970, au Cap-Vert, elle arrive en France à l’âge de sept ans avec sa famille. Ils s’installent à Athis-Mons dans l’Essonne. Après une maîtrise en droit des affaires à l’Université Paris XII, elle reprend des études à 35 ans pour obtenir une maîtrise en administration des affaires à l’ESSEC.

Au cours de son parcours professionnel, elle passe par la direction commerciale d’entreprises comme Dell ou Lenovo. Elle devient ensuite Présidente France de Lenovo puis présidente de HP Afrique. Elle part alors s’installer en Afrique du Sud. En parallèle, elle est engagée dans diverses associations cap-verdiennes en France.

Élisabeth est un modèle pour beaucoup de femmes: elle est partie de rien, a beaucoup travaillé pour arriver là où elle est, n’a jamais été aidée et n’avait aucun réseau. Elle s’est faite seule”, rapportait au Figaro l’an passé Isabel, la sœur d’Élisabeth Moreno qui intervient également dans les écoles des quartiers prioritaires.

Je cochais toutes les cases de l’impossibilité: des parents qui ne savent ni lire ni écrire, une femme, noire, élevée dans une cité et évoluant dans le bâtiment puis les techs”, confiait la nouvelle ministre en 2019. Mère de deux filles, Élisabeth Moreno est membre du cercle InterElles, un réseau d’entreprises engagées pour la mixité et l’égalité professionnelle dans les secteurs scientifiques et technologiques, où les femmes sont encore rares.

Aînée de la fratrie, elle a raconté plusieurs fois dans les médias avoir pris “la responsabilité” de la famille et trouvé dans l’école un “refuge” quand à l’âge de sept ans, ses parents s’installent en France avec leurs six enfants dans une cité de l’Essonne.

Titulaire d’un bac littéraire, elle a obtenu une maîtrise en droit des affaires et débuté comme juriste dans un cabinet à Paris. Elle n’a poursuivi longtemps dans cette voie et a ensuite créé avec son mari dont elle est aujourd’hui divorcée une PME dans le bâtiment.

En 1998, elle a alors intégré le groupe France Télécom en charge du département des PME, avant d’être débauchée quatre ans plus tard par le géant informatique américain Dell. Elle y restera dix ans.

Goût du challenge” et des responsabilités l’a ensuite portée chez Lenovo, l’un des leaders de l’électronique. Trois ans plus tard, elle en devient la patronne Europe Moyen-Orient et Afrique, avant d’être nommée en 2017 PDG de Lenovo France. “En France, deux femmes dirigent les deux plus grands constructeurs informatiques PC, Pascale Dumas chez HP et moi-même (…). Plus vous en montrerez, plus les femmes réaliseront que c’est possible”. “Et ce ne sont pas des exemples de femmes qui se sont ‘masculinisées’! Nous avons toutes des enfants”, s’était-elle émue.

Si on m’avait dit un jour, de mon petit Cap-Vert natal, que j’aurais la situation professionnelle que j’ai aujourd’hui et que j’aurais la chance d’inspirer les autres… je n’y aurais pas cru”, disait-elle en 2018 au journal La Tribune. Aujourd’hui, elle est ministre.

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Merci de désactiver votre bloqueur de publicité. Notre survie en dépend :)