A la uneEvènementFranceMusique

La Fouine Explose le palais des sports de Yaoundé

L’équipe de sécurité avait du mal à contenir la foule, très nombreuse. C’était de la folie. Pareil concert, on n’en vit pas tous les jours. Quelques figures bien connues étaient de la partie : Koppo, Kareyce Fotso… on aurait même aperçu la famille présidentielle. Notre fouiny est véritablement un phénomène, et c’est peu de le dire.

Après la prestation admirable de la jeune génération en première, c’est un Valsero égal à lui-même qu’on a eu le plaisir de redécouvrir sur la scène. Avec ses partenaires Jumper et John Almes, ils ont levé la température dés leur premier flow. Tous reprenaient en chœur les titres de leur Général, lui qui a accepté volontiers être leur haut parleur. Une performance qui annonçait la tuerie certaine de l’homme du soir. Toute l’organisation était débordée, le public en délire réclamait la Star, et la sécurité qui ne savait plus où mettre la tête. Un véritable casse tête chinois, pour sécuriser le périmètre, afin d’assurer une entrée des plus triomphantes à LA FOUINE, plus que révéré de par le monde. Il entre enfin dans la salle. C’était un moment incroyable. La foule cris, pleure, court dans tous les sens. L’émotion était à son comble. La Fouine est là, en chair et en os, un rêve qui se réalise pour ces milliers de fans, qui vivent là un moment mémorable. Le public ne tenant plus en place, occasionne quelques bévues ça et là, fort heureusement, on n’a déploré aucun incident majeur. Commence alors un merveilleux voyage à travers le long répertoire de l’artiste, qui ne manque pas de reprendre quelques titres connus, de ses confrères du Psy 4 de la rime, Sexion D’Assaut, on a eu du plaisir à déguster par la même occasion du Bob Marley, et d’autres classiques. Pur moment de réjouissance entre La Fouine et le public de Yaoundé qui l’adore. Il est d’ailleurs descendu un instant de la scène communier avec lui. Une fois les lumières éteintes, tous les portables  s’allument ; un spectacle hallucinant, on aurait dit des milliers d’étoiles dans le ciel. Pour son deuxième passage, La Fouine a enfilé son maillot de lion indomptable, dossard N°1, et oui…, il s’est camerounisé à fond, notre Fouiny, et pour nous le prouver, il a esquissé des pas de makossa, sur le regard admiratif de la foule, qui au passage, ne pouvait s’empêcher de rire,tellement c’était drôle, mais beau en même temps.
Après une série de pompes sur la scène pour se remettre en forme, La Fouine transforme véritablement le palais des sports en boîte de nuit. Ça bougeait, criait et dansait dans tous les sens. La fête fut belle, et le public s’est « enjaillé », pour reprendre les mots de La Fouine, et la suite s’est vécue du coté du Safari Club.

source: kamerhiphop.com

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...