Adango : « SWEET SEXY parle du désir, Un désir puissant et libre de femme...» - Culturebene
Clin d'oeilInterviewMusique

Adango : « SWEET SEXY parle du désir, Un désir puissant et libre de femme…»

Jeune artiste Camerouno-Gabonaise et passionnée de la musique, Adango a commis il y a quelques semaines un single qui s’intitule «SWEET SEXY », nous l’avons rencontré, elle nous parle de ce single et de ses projets. Pas mal d’autres sujets ont été évoqués.

Bonjour Adango, merci d’accorder cette interview à culturebene. Comment es-tu arrivée dans l’univers musical ? Parle-moi de tes débuts…

J’ai commencé un peu par hasard lors de mon arrivée au Cameroun. Gaelle Wondje, ayant remarqué mes aptitudes au chant m’a proposé de la remplacer au sein des choristes d’Ekambi Brillant. Et ça a été ma première école dans le métier. Par la suite, j’ai poussé la porte du Collectif HHD au sein duquel j’ai commencé à développer mon projet personnel tout en continuant mon expérience de scène. Car HHD a vraiment une approche « live ».


Quel rôle a joué Bébé Manga, directement ou indirectement à tes débuts?

Bébé Manga était une icône pour moi. J’étais très fière d’avoir eu la chance de pouvoir la rencontrer. Elle m’a pris sous son aile, et c’est elle qui m’a fait prendre conscience de mon propre talent en croyant en moi.

Comment s’est faite ta rencontre avec Gaelle Wondjé ?

C’était le hasard des rencontres, je commençais à trainer un peu dans les studios, en recherche de personnes pouvant m’aider à commencer une carrière musicale, et c’est lors d’une de ces expériences que j’ai rencontré Gaelle, nous sommes rapidement devenues proches et elle m’a proposé mes premières collaborations sérieuses.

Tu as été pendant plusieurs années aux côtés de la star du makossa Ekambi Brillant, qu’est-ce que cette collaboration t’a apporté ?

Comme je vous le disais cette expérience, ma première vraie expérience professionnelle, a été une véritable école, qui m’a permis de prendre progressivement confiance en mes capacités auprès de grands frères et grandes sœurs qui m’ont accompagné de leurs conseils et de leur chaleur. Cela m’a aussi permis de prendre la mesure des réalités de ce métier qui est fait avant tout de travail et de persévérance, plus que de glamour et de show, comme cela peut sembler, vu de l’extérieur.

Tu viens de commettre un nouveau single «SWEET SEXY », comment a-t-il été accueilli par la critique et les mélomanes ?

Pour l’instant, plutôt bien, à mon grand soulagement, car mon équipe et moi avons pris le parti de proposer quelque chose d’un peu différent cette fois-ci, tant au niveau du titre lui-même, que du clip qui tranche avec la tendance actuelle. Mais que vaudrait la démarche artistique si on ne prenait aucun risque ?

De quoi parles-tu dans cette chanson ?

Cette chanson parle du désir… Un désir puissant et libre de femme totalement assumé. Comme dans mes précédents titres, je propose une autre facette de la femme. « U don commot » parlait d’une femme négligée par son homme qui choisit de se libérer et de s’émanciper, « Sisi », d’une grossesse non désirée. Ici c’est le désir et l’amour physique. Mais comme toujours, il ne s’agit que de véhiculer et de partager l’émotion d’un moment et avant tout de divertir. C’est cela le métier d’artiste pour moi.

Après ce maxi single, un album en préparation ?

Oui. En fait, les titres existent déjà tous et j’en ai présenté la plupart lors de mon dernier concert à l’IFC Douala. Mais avant de le mettre à disposition, nous allons encore en dévoiler progressivement plusieurs titres et proposer un EP qui donnera la couleur de l’album. Mais en attendant, les titres existants sont en téléchargement libre sur mon soundcloud avec même quelques inédits ! Et bien sur les clips sont visibles sur mon Youtube avec en plus quelques extraits de concert entre autre cette collaboration avec Lionel Loueke, immense guitariste jazz Béninois dont je suis particulièrement fière. Je prépare aussi un showcase qui se tiendra sur Douala au BoJ le 22 juin, ma participation personnelle à la fête de la musique….

Adango aime-t-elle cuisiner ?

J’adore la cuisine ! J’aime préparer des petits plats pour ceux qui me sont chers, c’est une bonne façon de partager, de montrer son amour.

C’est quoi ton met préféré ?

Il y en a beaucoup. J’aime bien l’okok, la sauce avec les noix de palmiste…. Et j’aime beaucoup les viandes.

Qu’est-ce que tu écoutes comme musique ?

C’est assez varié. J’aime beaucoup le blues et la soul à la base, mais j’écoute aussi du hip hop mais aussi l’èkang et l’élône.

C’est quoi ton registre musical ?

Le titre de mon projet, « Trendition », résume bien mon approche. C’est une musique qui est à la frontière de plusieurs mondes. Tradition et Modernité, Africanité et influences du reste du monde. Tu trouveras dans mon répertoire des sons venant du terroir mais aussi des influences, soul, funk et même rock. Les textes sont en bassa, en fang, en pidgin mais aussi en anglais. Je me sens le fruit de toutes ces influences qui teintent mon style.

 

Commentaires

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer