InsideInterviewLight On

Eshu Rigo : « Je suis un chanceux »

C’est un valeureux représentant du Cameroun, et même de l’Afrique ; celui qu’on a connu à une époque sur le plateau de Just For Fun ne cesse de gravir les échelons. Après s’être vu donner la casquette de directeur de casting de la toute nouvelle compétition panafricaine Island Africa Talent, c’est en coache scénique qu’il continue l’aventure. Une confiance en lui portée par la maison CODE FILM qui précédemment l’avait déjà convié pour le Castel Live Comedy et le Castel Live Opera. Eshu est bel et bien au Cameroun pour un court séjour, et il en a profité pour tchatcher avec notre reporter.

On a connu le Castel Live Comedy, ensuite le Castel Live Opera, aujourd’hui c’est un nouveau défi qui s’ouvre à vous : Island Africa Talent. Mais on est plus tenté de dire : Un bon joueur ne manque pas d’équipes…

C’est vrai qu’on est tenté de le dire, mais en même temps je dois reconnaitre que je suis chanceux, pour la simple raison que la boîte qui m’emploie, CODE FILM, qui avait précédemment réalisé Castel Live Comedy, ensuite Castel Live Opera, a décidé de me faire confiance une troisième fois. Ça n’arrive pas toujours, ni à tout le monde. Et qui dit confiance, dit forcément plus de travail, parce qu’il faut la mériter.

Et ces précédents projets alors ?                                  

Bah, c’est vrai qu’il n’y a pas eu une deuxième édition du Castel Live Opera, sinon que Island Africa Talent est une version améliorée de Castel Live Opera.

Pourquoi « Island » Africa Talent ?

Disons que c’était une fleur à l’endroit de l’ancienne boite de prod du feu Bob Marley « Island Record » ; Universal a dû récupérer ce label pour le mettre en place en Afrique. Ce gros projet s’appelle Island Africa.

On va revenir sur le parcours de ce nouveau projet dont on se souvient du passage au Cameroun il y a encore quelques mois…

Oui, le Cameroun était l’une des destinations des castings et nous avions eu une belle surprise, tous les candidats étaient d’un niveau très appréciable. Croyez-moi, jusqu’à la dernière minute, il nous était très difficile de faire notre choix, mais d’ici mi-octobre on saura le candidat qui s’est démarqué des autres. Personnellement, je me sens toujours très honoré de voir ces jeunes prouver que le Cameroun est valablement représenté.

Après le Cameroun, cap a été mis sur pas mal d’autres pays du continent ; on savoure d’ailleurs les primes sur la chaine ivoirienne RTI2 qui actuellement nous donne à découvrir des candidats du Congo et du Tchad. Comment ça se passe de ce côté ?  La tâche n’est pas du tout facile, on imagine…

Déjà permettez-moi de préciser que les émissions sont diffusées dans 12 pays africains, parce que 12 pays y participent ; en plus ce sont des émissions prises en charge par Canal+, notamment par sa toute nouvelle chaîne qui verra le jour ce mois d’octobre, il s’agit de « A+ » qui aura un contenu 100% africain mais avec une qualité qui respecte les normes internationales. Ceci dit, oui suis coach scénique avec mon ami Julien De Ruyck, et j’ai pu parcourir ces différents pays en tant que directeur de casting avec une grosse équipe de six personnes dans laquelle on retrouvait un caméraman, un programmateur, une rédactrice en chef, un réalisateur, un organisateur de casting, bref un bon staff qui pouvait enregistrer et diffuser ces castings sous forme de téléréalité. On était alors parti pour faire un programme de vingt-six minutes. Oui, la tâche est toujours difficile dans la mesure où rien n’est donné. Ce qui est diffusé actuellement, c’est le casting Congo-Tchad.

C’est quoi la suite ?

En fait le gros du travail que vous avez vu était de caster douze candidats, à raison d’un par pays ; et ces douze se retrouveront à Abidjan ou à Yamoussoukro où un gros plateau digne d’émissions internationales sera construit pour abriter huit Primes et un seul candidat sortira vainqueur. Ce dernier gagnera la production d’un album par Universal Music. Je voudrais ici attirer l’attention sur le fait que même ceux qui ne seront pas retenus sont d’ores et déjà sur le lorgnon de Universal Music et de Canal Oversea, et ce n’est pas rien.

Merci de nous avoir consacré un peu de votre temps, Eshu ; on sait que vous êtes au pays depuis quelques heures seulement, à quand votre retour pour la suite de l’aventure ?

D’ici le mois d’Octobre je retourne à Abidjan ; et j’annonce déjà l’acte 2 de Island Africa Talent, pour ceux qui n’ont pas pu participer au premier. Alors je vous invite à regarder les Primes et imprégnez-vous du comment ça se passe afin d’éviter toute surprise.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer