InterviewLifeStyleModeTendances

Florence Epée : « Je ne réalise même pas encore ce qui m’arrive »

Elle représentait la région du Littoral ; la 1ère Dauphine à la dernière élection Miss Cameroun (2014). Voici sa réaction.

1ère Dauphine ; on peut dire que la satisfaction est à son comble…

(Sourire) C’est peu de le dire, surtout que c’était ma toute première participation à une élection de miss. Je n’ai pratiquement pas d’expérience dans le domaine, je n’ai que 21 ans, et là, parvenir à ce niveau, je dirais que c’est incroyable. Je ne réalise même pas encore ce qui m’arrive.

A quelques minutes de la lecture des résultats, comment vous sentiez-vous ? Décrivez-nous vos sentiments.

Vous ne le croirez peut-être pas, mais j’étais très sereine. Vous savez, je me caractérise comme quelqu’un de très confiant. Je m’attendais à un résultat qui ne s’éloignait pas trop de celui donné au final.

Comment débute cette aventure ?

Je suis très observatrice.  Il faut dire que la mode m’intéresse beaucoup et ma silhouette s’y prêtait déjà. Alors je regardais beaucoup les émissions consacrées à la mode, et je feuilletais des magazines aussi. Je consulte énormément les sites glamour sur internet. Sinon, au-delà de cette passion, il y a aussi l’engagement ; je suis membre du Conseil National de la Jeunesse du Cameroun et j’ai vu en Miss Cameroun une opportunité de mieux faire valoir mes projets que j’ai eu à mener et que je continuerai de mener dans le futur.

De façon concrète, de quels projets s’agit-il ?

Je m’engage pour des prisonniers, notamment les jeunes et également les filles victimes de viols. Dans mes projets il y a également la lutte contre les mutilations génitales et le repassage des seins des jeunes filles.

Vous êtes 1ère Dauphine, depuis votre élection, qu’en est-il de la réalité ? Est-ce ce à quoi vous vous attendiez ?

Vous savez, au-delà de ce que j’ai dit plus haut, j’ai participé à Miss Cameroun aussi pour m’amuser. Et je ne vous cache pas que je m’amuse véritablement.

Qu’en est-il de vos études ?

Je rappelle déjà que je suis étudiante en Master 1 Option Droit International Public à l’Université de Douala. Tout se passe plutôt bien.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...